Aller au contenu principal

Des capteurs pour connaître la composition des lisiers de porcs à l’épandage

Des capteurs utilisant le proche infrarouge permettent de déterminer la composition des lisiers de porc en continu lors des épandages. Des entreprises de travaux agricoles (ETA) et Cuma commencent à équiper leurs tonnes à lisier. État des lieux de cette technique et point de vue de ces prestataires.

L’utilisation d’un signal lumineux, le proche infrarouge, permet de déterminer la composition des lisiers de porcs, mais aussi de bovins et des digestats, en matière sèche, azote, phosphore et potassium. Le principe repose sur le niveau de transmission ou de réflexion de ce signal sur l’effluent épandu. Cette technique ayant montré des résultats satisfaisants en laboratoire est maintenant proposée par au moins deux constructeurs, Mauguin et John Deere, pour une installation sur tonne à lisier. Ces dispositifs demeurent encore marginaux car seules quelques dizaines de tonnes en sont équipées sur un parc français de plusieurs milliers d’unités. Ces capteurs constituent une alternative prometteuse aux analyses de laboratoire, compte tenu du temps de réponse rapide (quelques secondes), d’un moindre coût à l’analyse et de sa fiabilité théorique, pour l’instant uniquement démontrée à l’échelle du laboratoire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Jonathan Aubry, du Gaec Porcs Joly a investi dans une cellule à blé de 414 tonnes et a construit un local soupe en tôle et bardage isolés.
La Faf partielle évolue au rythme de l’élevage Porcs Joly
Jeune installé sur l’exploitation familiale, Jonathan Aubry a réinvesti dans la Faf simplifiée destinée à l’alimentation des…
Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Avec une méthanisation passive, le label Bas carbone permettrait dans cet élevage une recette de 2 550 euros par an pendant cinq ans.
85 tonnes de carbone économisées par an avec une méthanisation passive
La méthanisation passive constitue un levier important pour diminuer les émissions de carbone des élevages de porc.
Guillaume Le Hir s’est équipé d’un silo tour pour stocker jusqu’à 850 tonnes de maïs humide.
Une Faf simplifiée pour les porcs en engraissement qui optimise le temps de travail
En investissant dans un silo tour et dans une présoupe, Guillaume Le Hir a diminué le temps de travail…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
« Tous les projets de la Cooperl sont examinés sous l’angle carbone »
« Tous les projets de la Cooperl sont examinés sous l’angle carbone »
La Cooperl a pour objectif d’accélérer la décarbonation de sa filière, de l’élevage jusqu’aux outils de transformation. Pour cela…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)