Aller au contenu principal

De nouvelles solutions pour transférer les données en élevage de porcs

Les élevages modernes produisent toujours plus de données, pas toujours bien utilisées à cause d’un manque de solutions de communication. De nouvelles technologies numériques et le déploiement de la fibre permettent désormais de mieux les valoriser…

De nouvelles solutions pour transférer les données en élevage
© D. Poilvet

Depuis quelques années, les différents équipements installés dans les élevages génèrent de nombreuses données (boîtier de ventilation, distribution de l’aliment, bascule, suivi des traitements, suivi des mises bas…) qui pourraient être valorisables en local dans la production de tableaux de bords synthétiques. Ils pourraient même remonter sur des serveurs cumulant les données de plusieurs élevages pour établir des références.

Cependant, l’envoi de ces données vers les serveurs n’est pas si simple car cela requiert des connexions internet fiables, ce qui n’est pas toujours le cas dans nos campagnes. En effet, si le déploiement du très haut débit (THD, > 30 Mbit/s) est en constante progression à l’aide de différentes technologies débit (FttH (fibre optique), VDSL2 (réseau cuivre amélioré) et câble (fibre optique et terminaison coaxiale)), le raccordement des zones rurales peine à se déployer.

Selon l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) le nombre de locaux couverts en THD en France est passé de 21,6 millions au 2e trimestre 2019 à 31 millions au 2e trimestre. Cependant, si environ 94 % des locaux sont couverts dans les zones à forte densité de population, ce taux est ramené à 42 % dans les zones où les opérateurs privés ne veulent pas déployer de réseaux par manque de rentabilité.

Cependant, la situation dans les zones rurales devrait s’améliorer grâce à deux facteurs : la mutualisation entre opérateurs et les Réseaux d’initiatives publiques (RIP), ayant pour objectifs d’accélérer la couverture des zones moins desservies à l’heure actuelle. Ainsi, l’amélioration du réseau va permettre de répondre aux promesses d’exploitation des données sur des serveurs. Cette valorisation permettra, par exemple, d’exploiter des méthodes d’apprentissage automatique générant diverses alertes en temps réel pour l’éleveur ou bien la création de références.

Technologies sans fil et communications basses fréquences

La gestion du transfert des données au sein de l’élevage n’est pas non plus chose aisée. Cependant, la multitude de technologies utilisées par les industriels permet de répondre aux différents défis. Si les données entre automates et PC communiquent principalement en filaire, les technologies sans fil rentrent dans les élevages pour diverses transmissions d’informations.

Des capteurs d’ambiance ou des accéléromètres auriculaires utilisent les protocoles de communication en basses fréquences LoRa ou Sigfox, permettant des transmissions sur de longues distances de faibles quantités de données. Du côté des applications qui apparaissent pour les éleveurs, certaines nécessitent une connexion internet vers les serveurs. Mais dans les bâtiments, les réseaux 3 et 4G sont bien souvent inaccessibles du fait de la localisation en zone rurale combinée à l’effet cage de Faraday (enceinte bloquant les champs magnétiques du fait de sa structure métallique). Pour cela, l’installation d’antennes wifi est une solution efficace.

Pour une couverture optimale et vu la surface importante des bâtiments porcins, il est souvent nécessaire d’en installer plusieurs. Des solutions numériques employées connectent une seule antenne à un câble réseau. Les suivantes répètent le signal de la première, ce qui facilite grandement la mise en place. Autre point positif, ces antennes wifi permettent de travailler en local dans les élevages quand le réseau fixe est insuffisant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Jonathan Aubry, du Gaec Porcs Joly a investi dans une cellule à blé de 414 tonnes et a construit un local soupe en tôle et bardage isolés.
La Faf partielle évolue au rythme de l’élevage Porcs Joly
Jeune installé sur l’exploitation familiale, Jonathan Aubry a réinvesti dans la Faf simplifiée destinée à l’alimentation des…
Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Guillaume Le Hir s’est équipé d’un silo tour pour stocker jusqu’à 850 tonnes de maïs humide.
Une Faf simplifiée pour les porcs en engraissement qui optimise le temps de travail
En investissant dans un silo tour et dans une présoupe, Guillaume Le Hir a diminué le temps de travail…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
« Tous les projets de la Cooperl sont examinés sous l’angle carbone »
« Tous les projets de la Cooperl sont examinés sous l’angle carbone »
La Cooperl a pour objectif d’accélérer la décarbonation de sa filière, de l’élevage jusqu’aux outils de transformation. Pour cela…
Coup de chaleur : 4 points de vigilance pour limiter le stress thermique des porcs
Anticiper le risque de stress thermique à l’approche de la saison estivale doit être un prérequis d’une bonne conduite d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)