Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Covid-19 : organiser le travail en élevage de porcs en période d’épidémie

Même en période d’épidémie, l’activité d’élevage doit se poursuivre. L’organisation du travail doit toutefois être adaptée pour protéger au mieux éleveurs et salariés porcins, comme le souligne la Chambre d'Agriculture de Bretagne.

Pour les tâches réalisées à plusieurs, comme la vaccination, il faut se tenir à distance, se laver les mains avant et après, et ne pas partager le matériel.
© D. Poilvet

Pour limiter les risques de contagion entre personnes travaillant sur la même exploitation, il est essentiel de limiter les contacts au strict minimum. Concrètement, l’équipe peut être scindée en deux sous-équipes fixes qui ne se croisent jamais : par exemple, une qui travaille le matin, et une l’après-midi. Dans ce cas, les transmissions peuvent se faire par téléphone ou par visio conférence. Elles peuvent aussi être écrites sur un tableau ou un cahier. Dans ce cas, il est important que chacun ait sa craie ou son stylo, et le garde avec lui.

Lorsque plusieurs personnes travaillent en même temps sur l’exploitation, il est important qu’elles gardent leurs distances. Une manière simple de vérifier si celle-ci est suffisante est que les deux personnes étendent les bras sur le côté. Si les mains se touchent, il faut s’éloigner. Pour les tâches qui sont habituellement faites à plusieurs, comme les soins, le mieux est de les organiser de manière à travailler successivement, par exemple en étalant la tâche dans le temps. Si ce n’est pas possible, il faut se tenir à distance, se laver les mains avant et après, et ne pas partager le matériel.

La première protection : les gestes barrières « classiques »

Faut-il porter des gants, un masque, etc. ? Pourquoi pas, mais la première protection reste les gestes barrières « classiques » : tousser dans sa manche, se laver les mains très régulièrement. Pour ne pas oublier, une solution peut être de régler son téléphone pour qu’il sonne toutes les heures, et de se laver les mains à chaque fois qu’il sonne.

Les masques type chirurgicaux ne protègent pas des virus. Néanmoins, ils peuvent être intéressants pour limiter les projections de postillons. Ils évitent aussi les contacts involontaires entre les mains et la bouche, qui sont source de contamination des mains. Les masques de protection contre les poussières peuvent aussi être utilisés. Bien évidemment, tous ces équipements sont strictement personnels.

Travailler en élevage, c’est aussi se changer au vestiaire, faire une pause, prendre son repas de midi. Pour éviter que ces moments ne soient source de contamination, il faut prendre des pauses ou repas chacun à son tour, et éviter de partager du matériel (ex : cafetière). Mieux vaut amener son thermos et sa vaisselle. Si du matériel est partagé, comme le micro-ondes, il est important de nettoyer la poignée avec un produit virucide après usage. De même, les vestiaires collectifs doivent être utilisés de manière successive, en étalant les entrées et sorties dans le temps. Les interrupteurs des vestiaires, bureaux, salle de pause doivent être désinfectés trois fois par jour, et à chaque changement d’équipe. Les surfaces partagées (table, bureau, surfaces des vestiaires) doivent également être nettoyées et désinfectées.

Pour que ces mesures soient efficaces, toutes les personnes de l’élevage doivent les appliquer. Les éleveurs employeurs doivent « assurer la sécurité et protéger la santé physique et morale des travailleurs » (article L. 4121-1). Aussi, il est de leur responsabilité de faire appliquer des règles de prévention par leurs salariés. Le non-respect des mesures de précaution par un membre de l’équipe pourrait être considéré comme un motif d’exercice du droit de retrait par un salarié.

Actualiser son DUER

D’un point de vue administratif, le Document Unique d’Evaluation des Risques doit être actualisé pour prendre en compte la gestion du risque « Covid-19 ». Cette actualisation peut être faite par l’éleveur, en indiquant pour chacune des tâches s’il y a risque de contamination, et si oui comment ce risque est réduit (ex : distance entre les personnes) ou supprimé (ex : remplacement du passage de consignes au café par un appel téléphonique).

 

Pour plus d’informations :

Fiche biosécurité en exploitation agricole, Chambre d’agriculture de Bretagne : http://www.synagri.com/synagri/infos-coronavirus---covid-19-en-agriculture

Coronavirus : consignes sanitaires pour les entreprises, MSA : https://www.msa.fr/lfy/employeur/coronavirus-consignes

 

Qui vient travailler ?

Les salariés qui présentent des symptômes doivent rester chez eux, et contacter leur médecin traitant. Les personnes qui risquent de développer une forme grave d'infection peuvent bénéficier d'un arrêt de travail à titre préventif. La MSA propose aux femmes enceintes dans leur 3ème trimestre de grossesse, ainsi qu'aux personnes souffrant de certaines Affections de Longue Durée de demander un arrêt de travail directement en ligne : https://declare2.msa.fr/cgu

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les transformateurs européens, en particulier les Polonais, Néerlandais, Irlandais et Danois, seront les plus perturbés par le Brexit.  © Ifip
Le marché du porc britannique dans l’incertitude après le Brexit
En février, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne. Ce pays est un marché d’importance pour les…
Guy Kerhervé : « Avec un cheptel de 600 truies naisseur engraisseur, la taille de l’élevage devenait suffisante pour rentabiliser l’investissement dans une FAF complète." © A. Puybasset
Une FAF intégrale pour optimiser le coût alimentaire de l’élevage naisseur engraisseur de 600 truies
La SCEA Kerhervé a investi dans un cœur de FAF et augmenté sa capacité de stockage de matières premières, pour alimenter tout l’…
Avec les cases ascenseur, le gain net de prolificité estimé est de 0,36 porcelet sevré par portée. © D. Poilvet
Des éleveurs unanimement satisfaits des cases ascenseur pour les truies en maternité
Selon une enquête des chambres d’agriculture de Bretagne, les éleveurs interrogés sont satisfaits de leurs cases ascenseur, tant…
La Chine veut construire des élevages de porcs à l’étranger pour approvisionner son marché intérieur

Le 16 mars dernier, l’agence de planification et le ministère de l’Agriculture chinois ont publié un nouveau plan de…

Les échanges mondiaux permettent de résoudre des pénuries momentanées qui interviennent dans certaines régions du monde, comme en Chine actuellement. © M. Sardin
Le Covid-19 va peu impacter le commerce mondial du porc
Pour l’Ifip, le commerce mondial du porc pourrait être peu affecté à long terme par la crise du Covid-19. Même si, pour certains…
Le poids des truies à la réforme a augmenté de 11 kilos en dix ans, ce qui correspond à 70 grammes de plus  par jour d'aliment gestante. © D. Poilvet
La prolificité des truies évolue, leur alimentation aussi
Lors de la troisième édition du forum Trans porc-in', la firme service Wisium et trois coopératives du Grand Ouest ont dévoilé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)