Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cooperl recrute des compagnons salariés

Pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre dans les élevages, Cooperl se lance dans une démarche ambitieuse qui englobe la détection des candidats et leur formation en apprentissage.

Alexia Renvazé coordinatrice du projet « compagnons Cooperl » (à gauche), Nona Barazer, conseiller en communication, Yann Henry, directeur du groupement Cooperl et Mélanie Ballay, responsable marketing groupement et nutrition animale Cooperl «L’idée est de promouvoir à terme une communauté de salariés afin de créer une émulation.».
© D. Poilvet

Avec son nouveau concept « Compagnons Cooperl », la coopérative lamballaise vise à recruter et à former les futurs salariés des élevages adhérents à la coopérative lamballaise. « Nous avions recensé il y a deux ans une centaine de postes non pourvus parmi nos adhérents », indique Yann Henry, le directeur du groupement. « Cette pénurie de main-d’œuvre pose problème. Elle désorganise le travail dans les élevages et pénalise les résultats. Certains éleveurs révisent à la baisse leurs projets de développement ». Pour pallier à ce manque, une organisation décentralisée a été mise en place. Neuf techniciens désignés « pilotes ressources humaines (RH) », un par zone de production du groupement, sont chargés d’identifier les besoins en main-d’œuvre. Leur travail consiste également à recenser les candidats disponibles dans la région. « Une telle organisation décentralisée est indispensable, car les salariés sont généralement peu mobiles », justifie Alexia Renvazé, coordinatrice du projet « compagnons Cooperl ». Cette organisation a permis dans un premier temps de diviser le nombre de postes vacants par deux. « Mais se servir sur le marché ne résout en rien le manque structurel de main-d’œuvre. Nous avons donc décidé de mettre en place la démarche « Compagnons Cooperl », poursuit-elle. Cette démarche a pour objectif de sensibiliser les candidats potentiels au métier de salarié en élevage de porc. Les pilotes RH vont présenter la production porcine dans les écoles dès la quatrième. Des stages de découverte sont proposés aux élèves de troisième. Des visites d’élevage sont aussi organisées pour des adultes en reconversion professionnelles. Des actions ponctuelles, comme par exemple la projection d’un film au Space, permettent de sensibiliser d’éventuels candidats.

Transmettre les valeurs de la coopérative

Vient ensuite la phase de formation, via l’apprentissage, qui dure entre siw mois et deux ans. Cette formation se fait dans chaque région via les structures existantes, CFA ou lycées agricoles. « Nous leur proposons également une formation interne à la Cooperl. L’objectif est de leur transmettre les valeurs de la coopérative », indique Mélanie Ballay responsable marketing au groupement. « L’idée étant de promouvoir à terme une communauté de salariés afin de créer une émulation entre eux ». Pour les accueillir durant leur formation, des éleveurs « maîtres compagnons » sont formés au management. « Nous avons pour objectif de couvrir le coût de la formation par le collectif Cooperl », explique Yann Henry. Le budget global de cette opération est conséquent : « entre 100 000 et 200 000 euros par an en fonction des besoins et des profils, pour un objectif d’une dizaine de salariés formés ».

Du côté des éleveurs, Cooperl met en place une série de recommandations pour améliorer les conditions d’accueil : organisation de l’élevage et du travail, propreté des locaux techniques, prise en compte du salariat féminin… « Il y a un réel effort à faire à ce niveau pour attirer les salariés », estime le directeur du groupement, qui souligne que les salaires appliqués sont généralement d’un bon niveau. « Aujourd’hui, les freins à l’embauche sont plutôt liés à l’image négative de la production et à des conditions de travail pas toujours optimales. À nous de prendre ces deux problèmes à bras-le-corps pour que cela change », conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Aux États-Unis, les contrôles des défauts de carcasse confiés aux abattoirs

Le département américain de l’agriculture (USDA) prévoit de retirer toute limite à la vitesse à laquelle les abattoirs…

Vignette
Un nouvel observatoire national des vaccins vétérinaires

Le Syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires (SIMV) vient de publier les taux de vaccination des…

Les règles se durcissent pour l’alimentation des porcs bio

Au 1er janvier 2021 pour les porcs bio de plus de 35 kg, au 1er janvier 2025 pour les plus petits…

Vignette
Les Allemands testent les viandes odorantes dans les charcuteries

33 %, c’est le taux maximum de viandes odorantes acceptable dans la mêlée pour faire une saucisse de Francfort de…

Vignette
La Chine prépare déjà l’après fièvre porcine africaine
Les autorités chinoises veulent rétablir la production rapidement. Les grands groupes présents dans le pays pourraient en…
Vignette
Jean-Baptiste Belloeil a conçu un bloc naissage pour faciliter le travail
Éleveur multiplicateur femelles Nucléus à Lanfains, dans les Côtes d’Armor, Jean-Baptiste Belloeil a construit un bloc naissage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)