Aller au contenu principal
Font Size

Cooperl connecte les silos d’aliment dans les élevages de porcs

Cooperl propose en partenariat avec la société Nanolike un capteur pour évaluer la quantité d’aliment restant dans les silos d’aliments. Les informations sont accessibles sur une application smartphone compatible Ios et Android.

Cooperl propose depuis le mois de mars un système permettant de connaître instantanément le stock d’aliment présent dans ses silos. « L’objectif est de gagner du temps et d’optimiser ses commandes, sans avoir à monter sur les silos pour évaluer ce qui reste d’aliments », explique Christophe Battas, responsable offre produits et équipements d’élevage chez Cooperl Équipements. Le procédé est composé d’un capteur fixé par deux vis sur l’un des pieds du silo. Sous l’effet du poids de l’aliment, le silo se déforme de quelques microns. Le capteur détecte cette légère déformation qui fait varier le courant électrique le traversant. Il envoie alors ces données via une antenne et à un réseau télécom (Sigfox) à la société Nanolike qui les convertit en poids. La température ambiante, qui peut modifier les données, est prise en compte dans le calcul. Les données pondérales des silos sont alors mises à jour au travers d’une application mobile et web dédiée sur le smartphone, tablette ou PC des éleveurs. « Les données seront prochainement accessibles depuis la suite applicative Cooperl Suite », précise Christophe Battas.

Installation rapide

La précision de l’appareil est de l’ordre de 5 à 10 %. « C’est un niveau de précision largement suffisant pour gérer les livraisons au quotidien et évaluer les stocks aux inventaires. Par ailleurs, elle est plus fiable qu’une sonde de volume, dont la mesure varie fortement en fonction de la densité et de l’écoulement de l’aliment dans le silo ». L’objectif était avant tout de proposer un système facile à installer, peu onéreux, et simple d’utilisation. L’installation de la sonde sur l’un des pieds du silo est rapide. Deux vis introduites dans des trous taraudés suffisent. Le silo n’a pas besoin d’être soulevé. Il faut cependant qu’elle soit montée par une personne habilitée. La sonde fonctionne indépendamment, avec une pile prévue pour durer 10 ans. Située entre 0.5 et 1,5 m de hauteur sur le pied du silo, elle est recouverte d’une protection thermique qui la protège également des chocs éventuels.

Prévoir les futures commandes

L’application mobile associée à cette batterie de capteurs permet de consulter les stocks d’aliment à tout moment, et de prévoir les futures commandes. « En fonction des consommations des derniers jours, elle prédit à l’éleveur quand le silo sera vide », indique Christophe Battas. Elle calcule aussi l’espace disponible dans chaque silo pour les 5 jours à venir ou de manière rétroactive à une date donnée si l’éleveur a oublié de faire un inventaire. « C’est un accompagnement qui permet d’optimiser les commandes pour bénéficier du tarif 27 tonnes, d’être livré les jours creux ou de ne pas être en rupture de stock le dimanche ».

Le prix d’un capteur est de 499 € HT, auquel il faut ajouter le coût de l’installation (forfait pour l’ensemble des silos) et une location de 49 € par an et par silo. « Cette location correspond à l’abonnement au réseau de communication, à l’intelligence artificielle liée à la prédiction de remplissage dans l’instant et à l’algorithme de prévision », précise Christophe Battas, qui calcule un retour sur investissement sur trois ans. « On estime que cet équipement fait gagner 30 minutes par semaine pour la gestion des stocks d’aliment d’un élevage moyen Cooperl utilisant 8 silos. Si l’éleveur gère plusieurs sites, il limite ses déplacements. Fini aussi la corvée de monter sur les silos qui est aussi un sujet de sécurité. »

Améliorer le coût des livraisons

La deuxième phase de développement de ce procédé sera pour la Cooperl d’optimiser les tournées des camions d’aliment. « On cherche en permanence à améliorer trois critères qui agissent sur les coûts de livraison : le taux de retour d’aliment en cas de silo plein, le nombre de kilomètres par tournée, et le taux de camions pleins ». La délégation des commandes d’aliment est également envisagée, sans que l’éleveur ait à intervenir. « Nous l’envisageons à moyen terme. Mais il faut déjà éprouver la technologie à grande échelle pour percevoir la valeur qui peut être créée collectivement pour nos adhérents et les convaincre de l’intérêt pour leur porte-monnaie », conclut Christophe Battas.

" La gestion des commandes est simplifiée "

Sébastien Homo, Gaec du Pront à Vignoc (Ille-et-Vilaine)

 

 
Sébastien Homo est l’un des deux adhérents Cooperl à avoir participé à la mise au point du capteur de silo et de son utilisation sur l’application mobile. « J’ai installé les capteurs sur tous mes silos, pour les aliments distribués à la soupe et à sec. Le logiciel de machine à soupe peut gérer les stocks dans les silos. Mais en pratique, peu d’éleveurs le font car il demande beaucoup de rigueur. Pour les aliments granulés ou miette, je n’avais pas d’autres moyens à ma disposition". Grâce aux sondes, je peux viser des livraisons de 27 tonnes afin de bénéficier du meilleur prix. Je peux évaluer le volume à remplir de chaque silo à tout instant, et faire ainsi des camions complets. Il faut cependant tenir compte des paramètres propres à l’élevage. L’application se base sur la consommation des derniers jours pour évaluer la vitesse de vidange des silos. Il n’intègre pas le départ de porcs charcutiers ou le passage à l’aliment 2e âge. Les sondes de niveau aident efficacement l’éleveur, mais elles ne le remplacent pas. »

 

Un fonctionnement basé sur l’intelligence artificielle

Pour traduire les signaux électriques enregistrés par le capteur en tonnage d’aliment présent dans le silo, la société Nanolike fait appel à l’intelligence artificielle et au machine learning, une approche mathématique et statistique qui donne aux ordinateurs la capacité « d’apprendre » à partir de données. Nanolike est en lien avec la base de données du service aliment de Cooperl pour acquérir les dates de livraison d’aliment et les quantités livrées dans chaque silo. À chaque livraison, le capteur enregistre un signal électrique particulier lié à la déformation du silo. Il apprend ainsi à relier ce signal électrique au tonnage livré ce jour. L’éleveur peut participer à l’apprentissage afin d’améliorer la précision, en indiquant, via l’application « point zéro » lorsqu’il détecte qu’un silo est vide. L’ordinateur acquiert ainsi l’information que le signal électrique émis à ce moment par la sonde correspond à un silo vide.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)