Aller au contenu principal

Belle année 2019 pour Le Gouessant

Le Gouessant a investi dans un silo de collecte biologique sur son site Ufab de Chateaubourg, en Ille-et-Vilaine. © Le Gouessant
Le Gouessant a investi dans un silo de collecte biologique sur son site Ufab de Chateaubourg, en Ille-et-Vilaine.
© Le Gouessant

En 2019, la coopérative lamballaise a dégagé un résultat net de 11 millions d’euros (M€), pour un chiffre d’affaires de 609 M€ (+ 3 %). Au 31 décembre, le groupe affichait un endettement financier positif de 1,5 M€ et des capitaux propres qui s’élevaient à 115 M€. L’activité aliment est en hausse de 3 %, à 850 000 tonnes. Belle année également pour le groupement Syproporcs, qui a repris des parts de marché qu’il avait perdu les années précédentes (+ 21 % par rapport à 2018). Le groupe coopératif a développé un concept d’élevage alternatif baptisé Physior, dont les premiers bâtiments ont déjà été montés. L’activité bio poursuit son essor, avec une progression de + 11,5 % des volumes d’aliment commercialisés par sa filiale Ufab. Le Gouessant investit aussi dans les data sciences, avec une prise de participation dans la start-up See-d. L’objectif est de développer des algorithmes intelligents pour un pilotage toujours plus fin des performances en élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les quantités de paille ajoutées en litière accumulée ont un effet important sur l'apparition des odeurs sexuelles en lien avec la propreté des animaux. © Ifip
L’Ifip évalue les risques d’odeur de viandes des porcs mâles entiers en bio
L’Institut du porc a réalisé un bilan des risques d’apparition d’odeurs sexuelles sur les carcasses associés à la production de…
Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)