Aller au contenu principal
Font Size

Agir pour se protéger des particules fines présentes dans l’air des bâtiments d’élevage

L’air des salles d’élevage peut contenir plus de 250 000 particules fines par mètre cube d’air. Prévention et protection sont de rigueur pour préserver la santé du travailleur.

C’est au moment des soins aux porcelets en maternité que le nombre de particules fines en suspension dans les bâtiments d’élevages de porcs est le plus élevé, avec 250 000 particules d’un diamètre inférieur à un micromètre (µm) par mètre cube d’air. Cette tâche ressort comme la plus exposante, devant le tri des porcs charcutiers, le sevrage et la distribution d’aliment en post-sevrage. Ces chiffres sont issus d’un suivi réalisé par les chambres d’Agriculture de Bretagne, l’Ifip et l’Inra dans le cadre du projet Air éleveur.

Plus de 88 % de particules de moins d’un micromètre

Les mesures réalisées dans vingt élevages de production du Grand Ouest, avec un compteur optique, ont permis de déterminer le nombre de particules présentes dans l’air des bâtiments, mais aussi leurs tailles. La majorité d’entre elles sont dites très fines. Ainsi, près de 90 % ont une taille inférieure à 1 µm, c’est-à-dire proche de la taille des globules rouges du sang. Elles peuvent être nocives pour la santé humaine : plus elles sont petites, plus elles pénètrent profondément dans l’appareil respiratoire. Lorsque le diamètre de la particule est inférieur à 1 µm, elle peut atteindre les alvéoles pulmonaires.

Durant les soins aux porcelets, l’exposition des travailleurs aux particules est importante, d’autant plus que la tâche est longue. Dans cette étude, les travailleurs pouvaient rester jusqu’à plus de quatre heures dans les salles de maternité. Une première solution pragmatique pour réduire leur exposition consiste à réaliser les soins aux animaux dans les couloirs du bâtiment, plutôt que dans la salle.

particules

Des équipements permettent de réduire les particules dans l’air

Sinon, il est possible de réduire l’exposition, soit en limitant la production de particules (prévention) soit en se protégeant avec des masques. Pour limiter la production de particules, des leviers d’action sont disponibles, comme ajouter de l’huile dans l’aliment, mettre en place des systèmes de ventilation en surpression, ou racler fréquemment les déjections. Il existe aussi des équipements qui favorisent la sédimentation des particules sur les parois ou sur les sols, comme l’ionisation négative ou la vaporisation d’huile. Ces procédés permettent de réduire de plus de 75 % les particules dans l’air. Enfin, le port du masque est à envisager lors des tâches les plus exposantes ou lorsqu’il est difficile de limiter la production de particules. Mais faut-il encore choisir la bonne protection et bien l’utiliser. Pour faire les bons choix, une plaquette est disponible sur le site www.bretagne.synagri.com.

solene.lagadec@bretagne.chambagri.fr
 
 
Lire aussi :

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)