Aller au contenu principal

2019, un bon cru pour Cooperl

La coopérative lamballaise a dégagé un résultat nettement positif en 2019. Cependant, la sanction prononcée par l’Autorité de la concurrence pourrait provoquer la fermeture de certains outils industriels.

L'amende infligée par l'Autorité de la concurrence pourrait fragiliser la santé financière de l'entreprise. © D. Poilvet
L'amende infligée par l'Autorité de la concurrence pourrait fragiliser la santé financière de l'entreprise.
© D. Poilvet

« L’exercice écoulé a été un bon cru pour Cooperl et ses adhérents », écrit Patrice Drillet, président du conseil d’administration de Cooperl dans le rapport annuel du groupe publié le 21 septembre. Le groupe coopératif a généré un résultat de 29,4 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 2,434 milliards d’euros. Soit « la meilleure performance des dix dernières années ». Dans le détail des chiffres, les adhérents du groupe ont affiché l’an dernier une production en légère baisse par rapport à l’année précédente à 5 632 158 porcs. En revanche, la segmentation de l’offre de filières s’est poursuivie : avec notamment plus de quatre porcs sur cinq en production Porc bien-être et près de la moitié de la production des adhérents en porcs sans antibiotiques. Le nombre de porcs abattus dans les outils de Cooperl viandes a progressé de 4,5 %, à 4,9 millions. Le groupe a augmenté sa participation dans l’abattoir Harang dans les Yvelines, « afin de mieux accompagner les changements de mode de consommation », en favorisant notamment le commerce de proximité. Les exportations sont en forte hausse. Elles concernent 34,7 % des ventes totales en 2019. « Nous avons exporté dans près de quarante-cinq pays. L’Union européenne représente 53 % de nos volumes et l’Asie constitue une part très importante avec 46 % de nos débouchés », peut-on lire dans le rapport annuel.

Une sanction basée sur un faux document

Malgré ces bons résultats, l’avenir du groupe est menacé par l’amende de 35,5 millions d’euros prononcée par l’Autorité de la concurrence dans le cadre du cartel des jambons. Lors d’un point presse le 20 octobre dernier, Emmanuel Commault a continué de clamer l’innocence de la Cooperl, en assurant que le carnet sur lequel se base l’Autorité pour son jugement est un faux. Cependant, si l’amende devait être mise à exécution, le groupe devrait alors trouver rapidement 100 millions d’euros du fait de la perte de confiance de la part des assurances crédit. Cooperl devrait alors entamer une restructuration de ses outils de production. « Certains sites sont sur la sellette. […] Le plan est presque prêt », a affirmé Emmanuel Commault. Sont particulièrement visées plusieurs usines appartenant anciennement à Brocéliande et à la Financière Turenne Lafayette.

Cooperl ne reconnaît pas l’élection de Guillaume Roué à la présidence d’Inaporc

Dans un courrier adressé à Inaporc, les dirigeants de la Cooperl s’indignent de la réélection de Guillaume Roué à la présidence de l’interprofession. Ils rappellent que les statuts prévoient une présidence assurée alternativement par l’amont et l’aval. Sur le fond, Cooperl estime qu’un projet alternatif est « nécessaire à la filière française » : organiser la montée en gamme, établissement de « compartiments » étanches plutôt qu’une stratégie de « régionalisation » pour faire face au risque de la FPA… À moins que Guillaume Roué renonce à la présidence, Cooperl prévient « se retirer sans délai des travaux » de ce qu’elle ne considère plus comme une interprofession et de « son financement direct, par ses contributions, et indirect, par sa collecte ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les éleveurs qui obtiennent les portée les plus lourdes au sevrage sont aussi ceux qui font le moins appel aux portées adoptives ou au sevrage précoce. © D. Poilvet
Comment sevrer un maximum de porcelets par les truies
Une étude terrain réalisée par la firme génétique Danbred décrypte le savoir-faire des éleveurs qui font très peu appel au…
Les chinois repeuplent leurs élevages de porcs avec de la génétique française suite à l'épidémie de peste porcine africaine

La société de génétique porcine française Nucleus a exporté ce dimanche 8 novembre 2 000 reproducteurs (Large White by Nucléus…

Un groupe d'éleveurs se mobilise pour l’arrêt de la castration des porcelets

"Oui aux mâles entiers, non à la généralisation de la castration sous anesthésie". Tel est le mot d’ordre d’un groupe…

Le vaccin circovirus est administré par voie intradermique à l'entrée des porcelets en nurserie à 21 jours.  © A. Puybasset
L’impact de la vaccination circovirus mesuré à la SCEA Caux porcs
À la maternité collective SCEA Caux porcs, une étude de suivi portant sur 14 000 porcs jusqu’à l’abattage a démontré l’intérêt…
Pour les besoins de l'essai, les porcs ont été alimentés dans des stations individuelles à la station Ifip de Romillé. © Y. Rousselière
Une alimentation de précision réduit les impacts des rejets des élevages de porcs sur l’environnement
La réduction de l’azote consommé par les porcs permise par une alimentation de précision multiphase limite l’impact des rejets…
Instaurer et maintenir de bonnes relations au sein d’une équipe demande une attention permanente. © Chambre d'agriculture de ...
Les clés pour fidéliser ses salariés porcins
Avoir en permanence une équipe de salariés compétents et motivés est le rêve de tous les employeurs. Cela demande de bonnes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)