Aller au contenu principal

Réduire les gaz à effet de serre en baissant l’indice de consommation des porcs charcutiers

Réduire les GES en baissant l’indice de consommation des porcs charcutiers
© D. Poilvet

Selon un diagnostic Geep réalisé par la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire dans un élevage de 210 truies naisseur-engraisseur, une baisse de 0,31 point de l’indice de consommation en engraissement (de 2,74 à 2,43), conjuguée avec la création d’un nouveau bâtiment, permet d’économiser 0,19 kg d’équivalent CO2 par kilo de poids vif sorti (de 2,12 à 1,93 kg). Soit une baisse d’émissions sur l’ensemble de l’élevage de 166 tonnes de CO2 par an à effectifs constants. La vente de crédits carbone sur la base d’un marché à 30 euros la tonne de CO2 permettrait ainsi de générer une recette de 4 980 euros par an pendant cinq ans. Les niveaux des émissions de gaz à effet de serre (GES) de cet élevage sont largement inférieurs aux références (2,7 kg eq. CO2/kg de poids vif). Ces faibles valeurs s’expliquent notamment par le fait que l’éleveur fabrique l’intégralité de ses aliments avec des céréales produites localement. Les économies se font notamment sur le coût du transport des matières premières et sur la fabrication. La progression des performances techniques depuis l’élaboration de ces références (2009) pourrait également expliquer ces écarts.

Moins d’intrants alimentaires

Grâce au gain d’indice, la part des GES liée aux intrants alimentaires dans les émissions globales diminue (moins de matières premières utilisées pour produire 1 kg de porc). Cependant, ils constituent toujours la source majeure des émissions de carbone. Elles pourraient encore diminuer si l’éleveur faisait appel à du tourteau de soja garanti non issu de la déforestation. Mais son coût serait certainement plus élevé. Le nouveau bâtiment n’a eu quasiment aucun effet sur les émissions liées aux intrants bâtiments (construction). En revanche, la part liée aux consommations d’énergie diminue, grâce à une meilleure isolation et des équipements de ventilation et de chauffage plus économes.

Du méthane issu du stockage du lisier

Les émissions issues du lisier se font essentiellement sous forme de méthane (40 % des émissions totales), un gaz dont l’effet sur le réchauffement climatique est 28 fois plus élevé que le CO2. Les émissions de protoxyde d’azote sont plus faibles (2 % d’émissions totales). Ce gaz est un puissant effet de serre. Son potentiel de réchauffement planétaire est 265 fois supérieur à celui du CO2. Les émissions de ces deux gaz pourraient être réduites en limitant le temps de stockage, en couvrant les fosses ou mieux, en valorisant les effluents dans une méthanisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
François Pot, président du MPB, a mis en avant l'esprit pionnier des créateurs du marché du porc breton, dont  le finistérien Jean Moal, président de 1981 à 1992.
Marché du Porc Breton, 50 ans et toujours indispensable
Malgré les critiques et la baisse du nombre de porcs signalées chaque semaine, le marché du porc breton s'avère toujours…
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement

 

Selon les données de l’observatoire de la formation des prix des marges (…

Coup de chaleur : 4 points de vigilance pour limiter le stress thermique des porcs
Anticiper le risque de stress thermique à l’approche de la saison estivale doit être un prérequis d’une bonne conduite d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)