Aller au contenu principal

Peu d’alternatives pour remplacer le tourteau de soja importé en France

La France peut produire beaucoup de matières premières riches en protéines pour remplacer le tourteau de soja importé dans les formules d’aliment. Mais leur utilisation reste limitée par manque de volumes ou de prix trop élevés.

L'essentiel du tourteau de tournesol hipro consommé en France provient d'Ukraine.
L'essentiel du tourteau de tournesol hipro consommé en France provient d'Ukraine.
© Réussir SA

En théorie il est possible de se passer totalement de tourteau de soja dans les aliments croissance, finition et gestante. En pratique, ce n’est pas souvent le cas, à cause notamment du manque de disponibilité des matières premières de substitution ou de leur prix d’intérêt trop élevé.

Les graines de protéagineux (pois et féveroles essentiellement) sont les principales cultures françaises susceptibles d’entrer dans les formules d’aliment porc. Le pois a d’ailleurs été très utilisé dans les années 90, avant de quasiment disparaître des marchés et des formules, faute de prix d’intérêt suffisamment bas.
 
Les tourteaux d’oléagineux ont plus récemment constitué une nouvelle voie de diversification, sous l’effet notamment de la volonté politique de développer les biocarburants à base de colza. L’utilisation du tourteau de tournesol a également connu un essor important, grâce à la généralisation du décorticage des graines qui améliore sa richesse en protéines. Cependant, une partie des ressources provenant d’Ukraine est aujourd’hui inaccessible.
 
Le tourteau de soja français a aussi une belle carte à jouer, notamment dans les filières différenciées. Exigeant en soleil et en eau, le soja est essentiellement cultivé dans le Sud-Ouest, dans la vallée du Rhône et jusqu’en Alsace. Ses volumes restent cependant confidentiels.
 
Les protéines animales transformées issues de volaille sont autorisées par l’UE dans l’alimentation des porcs. Elles constituent une ressource non négligeable de protéines, largement utilisées avant la crise de l’ESB. Cependant, cette matière première est aujourd’hui accaparée par le petfood.
 
Les algues et les insectes sont présentés comme le futur de la nutrition protéique tant pour les animaux que pour les hommes. Cependant, le coût de production rend ces produits hors de portée pour l’instant, sans oublier qu’il faudra pouvoir disposer de garanties sur les aspects contamination bactérienne ou métaux lourds…
 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Yannick Jacq. «On ne gère pas plusieurs salariés comme on le fait pour un seul. Il est nécessaire de cerner les besoins de chacun.»
« J’ai appris à mieux connaître mes salariés», se félicite Yannick Jacq, éleveur de porc
Eleveur de porcs, Yannick Jacq a suivi la formation proposée par son groupement Porc Armor Évolution et le Cerfrance Finistère.…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Le Canada accélère sur le bien-être des truies gestantes
Le Canada accélère sur le bien-être des truies gestantes
À compter du 1er juillet 2024, tous les éleveurs de porcs canadiens devront suivre la réglementation sur bien-être animal qui…
Les jambons secs sont parmi les plus émetteur de gaz à effet de serre des produits porcins ramené au kilo de produit brut, du fait que l’impact se concentre dans moins de matière, le séchage conduisant à une réduction de masse.
L’impact environnemental de la viande de porc évalué
La base de données Agribalyse 3.0 fournit les impacts environnementaux de près de 2 500 produits agricoles destinés à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)