Aller au contenu principal

Une profession de foi partagée pour soutenir le pastoralisme

Les éleveurs pastoraux des zones méditerranéennes présentent leurs atouts et veulent surtout défendre leur besoin d’être soutenu dans la nouvelle PAC en cours de négociation.

En région Paca, au Sud de Rhône-Alpes et à l’Est de l’Occitanie, 9 800 élevages d’herbivores entretiennent la végétation méditerranéenne. Les animaux consomment l’herbe, mais aussi les feuilles, tiges et fruits des arbres et arbustes. Ces parcours boisés sont des ressources pour les troupeaux et ils apportent l’équivalent de 76 000 camions de foin. Les milieux pastoraux hébergent une biodiversité remarquable. En consommant les combustibles et en broutant les pare-feu, les troupeaux participent aussi à la lutte contre les incendies. Entre les Pyrénées et les Alpes, les paysages pastoraux sont aussi l’écrin d’une économie touristique.

Des pratiques déjà vertes à soutenir

« Mais ces surfaces atypiques sont mal comprises par les politiques européennes », regrette Georges Zinsstag, élu de la chambre d’agriculture du Gard, qui craint que ces zones soient oubliées de la prochaine PAC. Sur le terrain et au salon de l’agriculture, les éleveurs de tous bords rassemblés dans le Réseau élevage pastoral méditerranéen ont rappelé aux décideurs politiques l’urgence de soutenir ces surfaces dans le cadre de la nouvelle Politique agricole européenne en discussion en France puis à Bruxelles. « Cela fait des siècles et des siècles que l’on nourrit nos troupeaux sur ces surfaces, rappelle Luc Falcot, éleveur caprin dans les Bouches-du-Rhône et président du Cerpam. Grâce à ces pratiques pérennes, résilientes et vertueuses, nous y produisons de la viande et des fromages qui répondent aux attentes des consommateurs ». « La prochaine PAC est encore un peu nébuleuse mais si les Européens veulent une agriculture plus verte, nous répondons parfaitement à leurs attentes et nous ne voudrions pas en être les oubliés car nous faisons déjà bien », renchérit Frank Dieny, éleveur ovin des Hautes-Alpes.

Trois mois pour participer au débat public

Si les politiques se disent prêts à batailler dans les prochains mois, le ministère de l’Agriculture renvoie, lui, vers le site du débat public impacton.debatpublic.fr qui s’ouvre pour trois mois. Sur ce site de la Commission nationale du débat public, chaque citoyen est appelé à laisser un avis ou prioriser ces attentes vis-à-vis de la future PAC. Le colloque Pastoralisme et nature protégée en Méditerranée occidentale permettra aussi d’en discuter le 2 avril prochain à Aix-en-Provence.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre