Aller au contenu principal

Une profession de foi partagée pour soutenir le pastoralisme

Les éleveurs pastoraux des zones méditerranéennes présentent leurs atouts et veulent surtout défendre leur besoin d’être soutenu dans la nouvelle PAC en cours de négociation.

En région Paca, au Sud de Rhône-Alpes et à l’Est de l’Occitanie, 9 800 élevages d’herbivores entretiennent la végétation méditerranéenne. Les animaux consomment l’herbe, mais aussi les feuilles, tiges et fruits des arbres et arbustes. Ces parcours boisés sont des ressources pour les troupeaux et ils apportent l’équivalent de 76 000 camions de foin. Les milieux pastoraux hébergent une biodiversité remarquable. En consommant les combustibles et en broutant les pare-feu, les troupeaux participent aussi à la lutte contre les incendies. Entre les Pyrénées et les Alpes, les paysages pastoraux sont aussi l’écrin d’une économie touristique.

Des pratiques déjà vertes à soutenir

« Mais ces surfaces atypiques sont mal comprises par les politiques européennes », regrette Georges Zinsstag, élu de la chambre d’agriculture du Gard, qui craint que ces zones soient oubliées de la prochaine PAC. Sur le terrain et au salon de l’agriculture, les éleveurs de tous bords rassemblés dans le Réseau élevage pastoral méditerranéen ont rappelé aux décideurs politiques l’urgence de soutenir ces surfaces dans le cadre de la nouvelle Politique agricole européenne en discussion en France puis à Bruxelles. « Cela fait des siècles et des siècles que l’on nourrit nos troupeaux sur ces surfaces, rappelle Luc Falcot, éleveur caprin dans les Bouches-du-Rhône et président du Cerpam. Grâce à ces pratiques pérennes, résilientes et vertueuses, nous y produisons de la viande et des fromages qui répondent aux attentes des consommateurs ». « La prochaine PAC est encore un peu nébuleuse mais si les Européens veulent une agriculture plus verte, nous répondons parfaitement à leurs attentes et nous ne voudrions pas en être les oubliés car nous faisons déjà bien », renchérit Frank Dieny, éleveur ovin des Hautes-Alpes.

Trois mois pour participer au débat public

Si les politiques se disent prêts à batailler dans les prochains mois, le ministère de l’Agriculture renvoie, lui, vers le site du débat public impacton.debatpublic.fr qui s’ouvre pour trois mois. Sur ce site de la Commission nationale du débat public, chaque citoyen est appelé à laisser un avis ou prioriser ces attentes vis-à-vis de la future PAC. Le colloque Pastoralisme et nature protégée en Méditerranée occidentale permettra aussi d’en discuter le 2 avril prochain à Aix-en-Provence.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
Les dernières attaques ont fait une quinzaine de victimes et une trentaine d'animaux disparus.
« Le troupeau est descendu d’alpage plus tôt que prévu à cause du loup »
« Nous devions faire la descente d’alpage le 4 octobre. Seulement, nous avons subi deux attaques de loups sur le troupeau fin…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre