Aller au contenu principal

Se faire accompagner dans sa recherche de salarié

Plusieurs organismes proposent un accompagnement au recrutement, depuis la définition du poste jusqu’à l’accueil et la formation du salarié. Parmi eux, l’Anefa.

« La situation que nous vivons aujourd’hui est exceptionnelle, rappelle Khadija Zeghloul, la directrice adjointe de l’Anefa Poitou maritime. Le marché du travail était tendu depuis plusieurs années, et cela s’est accentué depuis le début de la crise sanitaire. »

La pénurie est commune à tous les secteurs. L’Anefa propose un service gratuit pour accompagner les éleveurs dans leur recherche de salarié : définition du besoin, rédaction d’une fiche de poste et d’une annonce, diffusion des offres, mise en relation employeur/candidat… « Il faut attirer encore plus. À l’Anefa, nous encourageons à mettre en avant les avantages dès l’offre d’emploi et non plus seulement lors de l’entretien : local de pause/repas chauffé avec sanitaires, mutuelle, logement, mécanisation… »

Pénurie de main-d’œuvre qualifiée

Différentes aides existent également, dont « le diagnostic RH », un service proposé par Ocapiat* permettant de se faire accompagner par un prestataire référencé.

Éleveur et expert font ainsi le point sur les pratiques en ressources humaines, définissent un plan d’action et de formation. « Nous constatons une vraie pénurie de main-d’œuvre, comme bon nombre de départements, et plus précisément de main-d’œuvre qualifiée, explique Sandra Racine, la présidente de l’Anefa 53. Dans ce contexte, la formation est un enjeu important et le Défi emploi est à faire connaître. Il permet d’accéder à une aide compensant financièrement le temps dégagé pour former son salarié pendant les premiers mois. Ce dispositif vise à encourager les employeurs à recruter des personnes ayant peu ou aucune formation ou expérience en agriculture. »

Défi emploi prend en charge 100 % des coûts éligibles du projet sur la base forfaitaire de 4 500 euros hors taxes par salarié recruté avec, en contrepartie, une contribution volontaire de l’entreprise à hauteur de 45 %.

Comprendre ses difficultés à recruter

« Si le cheminement que nous proposons pour recruter peut paraître superflu à certains, c’est important de comprendre pourquoi on n’arrive pas à recruter : le moment est-il bien choisi ? le besoin est-il bien formulé ? l’éleveur a-t-il cherché ? », poursuit Khadija Zeghloul.

Il existe aussi des dispositifs régionaux et départementaux proposant des périodes d’immersion, en lien avec Pôle emploi. Par exemple en Mayenne, AgriMouv propose des ateliers d’information aux demandeurs d’emploi pour découvrir le secteur agricole. À la suite de ces ateliers, une visite d’entreprise est proposée et les personnes les plus intéressées ont la possibilité d’être accompagnées par l’Anefa afin d’intégrer un parcours de formation et d’insertion en agriculture.

Et pour accompagner l’embauche de jeunes de moins de 26 ans, des parcours de formation d’un à quatre mois avec prise en charge du salaire sont également proposés. Initié il y a huit ans, Cap main-d’œuvre est organisé et soutenu par la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, et cofinancée par la région Centre-Val de Loire.

L’objectif est de donner à de futurs salariés hors milieu agricole les bases de l’élevage afin de faciliter leur reconversion et de proposer aux éleveurs des candidats avec un premier bagage pratique.

« Le contexte reste très tendu malgré tout le travail mené collectivement, rapporte Sandra Racine. Nous intervenons évidemment également dans les collèges, travaillons avec les lycées agricoles. À l’issue d’une formation agricole, pour les jeunes qui ont un projet d’installation, quelques années de salariat permettent de se former encore, d’acquérir un bagage solide. ils constituent un vivier de potentiels salariés et il faut encourager l’apprentissage. Rares sont les salariés qui feront toute leur carrière dans la même entreprise aujourd’hui comme c’était le cas il y a quelques années. »

Rassurer les éleveurs employeurs

« Le nerf de la guerre dans bien des cas reste que le salariat agricole n’est pas assez rémunéré, regrette Sandra Racine. En tant qu’employeurs nous aimerions proposer des salaires plus élevés. En moyenne dans le département, nous observons des salaires autour de 1 450-1 500 euros nets mensuels. »

Enfin, côté formation des éleveurs-employeurs, de nombreuses solutions sont proposées, avec des financements de Vivéa. Elles permettent d’acquérir des bases de management et aussi de rappeler les principes du droit du travail. « Être accompagné est essentiel. Les agriculteurs ont de nombreuses casquettes. On ne peut pas être au top partout : droit du travail, dispositifs d’aide, relation employeur-salarié… Avoir un appui à l’embauche rassure et sécurise », conclut Sandra Racine.

* L’Ocapiat est l’opérateur de compétences pour la coopération agricole, l’agriculture, la pêche, l’industrie agroalimentaire et les territoires créé en 2019 par la loi dite « Avenir professionnel ». Il finance la formation et de l’apprentissage dans ces domaines.

L’Anefa facilite le contact entre employeurs et futurs salariés

L’Anefa est l’association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture, créée en 1992. Elle gère la Bourse de l’emploi, l’équivalent d’un Pôle emploi dédié à l’agriculture. « Nous mettons en relation chercheurs d’emploi et employeurs et nous effectuons une présélection des candidats qui correspondent le mieux au poste », explique la représentante de l’Anefa du Limousin. L’association se propose d’accompagner l’éleveur dans la définition du poste à pourvoir, le type de profil recherché en fonction des tâches qui seront à réaliser. « Nous proposons tout type de contrat, CDI, CDD, saisonnier. On se heurte aujourd’hui à un vrai manque de salariés en élevage, tandis que la demande des employeurs est toujours forte », conclut la conseillère de l’Anefa du Limousin. Le réseau de l’Anefa est composé de plus d’une quarantaine de structures régionales et départementales sur l’ensemble du territoire français, avec une centaine de spécialistes locaux du recrutement et de l’emploi de la production agricole.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre