Aller au contenu principal

Les pastoraux : des systèmes basés sur la valorisation des parcours

Les systèmes pastoraux sont caractérisés par l’utilisation de surfaces pastorales collectives (alpages estivaux et transhumance hivernale) ou individuelles (parcours, landes…).

Le groupe des pastoraux rassemble des fermes localisées sur l’arc Sud-Est méditerranéen, qui comprend la région Paca et l’ancienne région Languedoc-Roussillon, auxquels s’ajoute le sud de la région Auvergne Rhône-Alpes, avec les départements de la Drôme et de l’Ardèche. La forte composante pastorale de ces systèmes se traduit par un chargement très faible, inférieur à 0,5 UGB/ha de surface fourragère totale (hors parcours collectifs). La bonne valorisation des parcours nécessite une grande mobilité sur le territoire, d’où le recours à des races adaptées, rustiques et peu prolifiques. Si les contraintes du milieu naturel se traduisent parfois par une part conséquente de vente d’agneaux légers, voire maigres, seuls les élevages majoritairement orientés vers la production d’agneaux lourds ont été conservés pour la définition des repères.

Les contraintes du milieu naturel pèsent sur la productivité

Pour une bonne rémunération du travail, la productivité à viser s’établit aux alentours de 5,5 tonnes de carcasse par unité de main-d’œuvre consacrée à l’atelier ovin. Cela nécessite de disposer d’au moins 400 brebis par UMO et d’atteindre une productivité numérique de plus de 1,2 agneau par brebis. Ce niveau de productivité est conditionné par la maîtrise des différents paramètres du bilan de reproduction, mais aussi par un faible impact de la prédation. L’objectif de poids moyen des agneaux est de plus de 15,5 kg de carcasse, avec cependant une certaine variabilité en fonction du type de produit : agneau standard, sous signe de qualité, lourds versus légers, etc. Le prix de vente moyen se situe à 6,5 €/kg de carcasse, avec un objectif de 6,8 €/kg.

Près de trois Smic par UMO pour les élevages du quart supérieur

Compte tenu du potentiel limité de productivité, la maîtrise des charges doit être parfaite, notamment en matière de coût de l’alimentation. D’une manière générale, les élevages pastoraux sont économes en aliments distribués, en fourrages (moins de 300 kg de matière sèche par brebis) et surtout en concentrés (moins de 100 kg par brebis). Les élevages du quart supérieur atteignent une productivité de 6,3 tonnes de carcasse par UMO, avec un produit de 21,1 €/kg de carcasse (dont 63 % d’aides). Le produit ainsi dégagé couvre largement le coût de production hors travail (dont 65 % de coût du système d’alimentation), permettant une rémunération de 2,9 Smic par UMO.

​Avis d’éleveur : Rodolphe Thome, éleveur du Vaucluse

« C’est toujours utile de se comparer »

« Depuis quatre ans, on se retrouve une fois par an avec une dizaine d’autres éleveurs et nous comparons nos chiffres. C’est très utile. Ça permet de voir où on en est et de rectifier si besoin sa façon de faire. Il y a souvent la possibilité de mieux rentabiliser la structure. Par exemple, en analysant mes chiffres, je me suis aperçu que je pouvais peut-être baisser mes coûts de production. Ainsi, je vais réduire l’effectif du troupeau et passer de 550 à 400 brebis. En implantant davantage de luzerne, je ne devrais plus avoir à acheter des fourrages et j’espère aussi des économies sur les semences ou le gasoil. J’aurais moins de charge et, à l’arrivée, peut-être pas moins d’agneaux. »

Les plus lus

Les livreurs de lait de vache, chèvre et brebis peuvent désormais consulter en direct les résultats des analyses de lait sur l'application Infolabo.
Une appli Infolabo pour consulter ses analyses de lait
Les livreurs de lait de vache, chèvre et brebis peuvent désormais consulter en direct les résultats des analyses de lait sur l’…
Xavier Marchand, éleveur de romanes en Ille-et-Vilaine, s'est installé en 2018 sur l'exploitation familiale. Son intérêt pour la génétique l'a poussé à sauter le pas ...
Un pied dans la sélection ovine pour diversifier le revenu
Xavier Marchand a repris la ferme familiale en Bretagne. Il conduit ses romanes en sélection et en agneaux de boucherie pour…
Florette Richard a grandi en Vendée, en zone de plaine, dans l’exploitation familiale en production ovine.
« Je pars en estive avant de m’installer »
Florette Richard a grandi en Vendée, en zone de plaine, dans l’exploitation familiale en production ovine (vendéennes et romanes…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Les agneaux issus des meilleurs béliers étaient engraissés en 6 jours, voire en 12, de moins que les agneaux issus de béliers à moins haute valeur génétique.
La sélection génétique, un retour sur investissement rapide en ovin allaitant
Une étude a démontré les différences de qualité et de conduite entre des agneaux issus de bons béliers et ceux issus de moins…
Jean-Paul Rault, président de France génétique élevage et sélectionneur en mouton vendéen en Vendée.
« Faire entrer la génétique ovine dans les élevages »
Jean-Paul Rault est éleveur de moutons vendéens et président de France génétique élevage. Pour lui, la génétique est le meilleur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre