Aller au contenu principal

Anouk Ondet, Gaec des Escures Hautes à Murat-le-Quaire (Puy-de-Dôme)
Les agneaux au nourrisseur se marquent

« Lors de la lactation au pâturage, il est possible de commencer à apporter du concentré aux agneaux pour assurer la transition alimentaire avant sevrage et, si besoin, soutenir les croissances des agneaux.

Si ces derniers sont rentrés en bergerie après sevrage alors qu’ils ne consommaient pas assez de concentré au pâturage, le passage trop brusque à l’aliment concentré ne permet pas une adaptation de la flore ruminale et entraîne des risques importants d’acidose. Pour limiter ces risques, il est préconisé en la mise en place d’une transition, soit une distribution progressive du concentré, sur une période de trois semaines minimum, avant que les agneaux y aient accès à volonté. Cette transition est gourmande en temps pour les éleveurs et entraîne une baisse des performances de croissance des agneaux et des durées de finitions plus longues.

Je repère les agneaux qui n’auront pas besoin de transition

Afin d’évaluer si mes agneaux consomment du concentré au pâturage et donc savoir quels sont ceux qui nécessitent cette transition et ceux pour lesquels il est possible de s’en affranchir, j’ai imaginé un système de marquage simple à mettre en place avec des crayons marqueurs.

J’ai fixé autant de marqueurs sur les barrières passe-agneaux qu’il y a de voies de passage. Pour cela, j’ai soudé et percé des tubes afin de faire passer la vis qui maintiendra le crayon en place. En entrant et sortant du nourrisseur, les agneaux se frottent le dos sur les marqueurs et ainsi se marquent tout seuls. C’est un moyen visuel simple et à moindre coût qui permet de connaître les habitudes de mes agneaux. En effet, il faut compter autour de 1,20 euro pour un crayon, c’est tout ce que j’ai dépensé pour mettre ce système en place. »

Le réseau thématique EuroSheep a permis à des éleveurs de toute l’Europe d’échanger des trucs et astuces pour l’alimentation ou la santé des ovins. Retrouvez cette astuce en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=5lM64QJIZgM

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre