Aller au contenu principal

Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales prévoit le cofinancement de semences de légumineuses fourragères.

Le cofinancement de semences de légumineuses fourragères permettra d'enrichir les prairies. des éleveurs de ruminants. © D. Hardy
Le cofinancement de semences de légumineuses fourragères permettra d'enrichir les prairies. des éleveurs de ruminants.
© D. Hardy

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre, associe productions végétales et animales et vise à réduire la dépendance française aux importations de matières riches en protéines, notamment le soja. L’objectif est de doubler les surfaces de plantes riches en protéines (soja, pois, légumes secs, luzerne, légumineuses fourragères…) pour atteindre 8 % de la SAU en 2030. Le plan veut aussi améliorer l’autonomie alimentaire des élevages et développer une offre de produits locaux en matière de légumes secs (lentilles, pois chiche, haricots, fèves, etc.). Cette stratégie nationale sur les protéines végétales est dotée de 100 millions d’euros du plan de relance sur deux ans, auxquels s’ajoutent les investissements du Programme d’investissement d’avenir et de BPI-France. Ces soutiens financiers porteront par exemple sur les capacités de séchage des légumineuses fourragères, les capacités logistiques et de transformation des graines riches en protéines ou encore la création d’outils de trituration des graines.

Des aides à l’achat de semences et de matériels

Pour les éleveurs, vingt millions d’euros sont prévus pour améliorer l’autonomie alimentaire des élevages. La moitié servira à aider à investir dans du matériel tel que des toasters et l’autre moitié à cofinancer, à hauteur de 40 %, l’achat de semences pour améliorer les prairies. Le ministère table ainsi sur 100 000 hectares enrichis en espèces de légumineuses fourragères. Pour Marc Pagès, directeur d’Interbev, « L’herbe constitue la principale source de protéines des ruminants et il faut jouer sur la diversité des espèces et des variétés pour introduire des légumineuses fourragères telles que la luzerne ou le trèfle. Le développement des prairies et des fourrages à haute teneur en protéines est une priorité pour nos élevages de ruminants ».

La recherche et le développement bénéficieront de soutien financier, par exemple pour déployer plus de 300 fermes de démonstration sur l’autonomie fourragère en élevage de ruminants ou pour obtenir de nouvelles variétés de légumineuses riches en protéines. La recherche de sources alternatives telles que les insectes ou les microalgues sera également soutenue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

"On avait tous un paysan dans la famille"
"On avait tous un paysan dans la famille"
Victorine Alisse a mené une vraie enquête de cœur pour retrouver et photographier une vingtaine d’ancien(ne)s paysan(ne)s. Forte…
Garisse Tavernon a repris l'élevage à la suite de son père. Il valorise ses agneaux sous le label rouge Agneau du Bourbonnais.
J’ai fait le CS Ovin pour conforter ma reprise de l’exploitation familiale
Garisse Tavernon a repris l’exploitation de son père lors du départ à la retraite de celui-ci. Le CS ovin lui a permis de…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
Les 120 meilleurs Border Collie  d’Europe en compétition en Vendée
Du 25 au 28 août 2022 aura lieu le Championnat d’Europe de chiens de troupeau, où 18 nations présenteront huit de leurs meilleurs…
Sur le site de Laqueuille en Auvergne, les équipes de l'Inrae ont remarqué que les brebis appréciaient les buissons de genêts. Cela a permis d'ouvrir le milieu et facilité le passage des bovins.
Une gestion optimisée de l’herbe avec vaches et moutons
Les brebis trient, les vaches mangent à peu près tout et la valorisation des parcelles n’en est que meilleure. La complémentarité…
Outre les vérifications physiques (mâchoires, testicules pour les mâles), l'acheteur doit vérifier que tous les papiers du chiot sont en règle.
Cinq conseils pour bien choisir son chiot Border Collie
    Antoine Brimboeuf, éleveur ovin et président de AFBC © DR  Une fois défini le type de chien de conduite dont vous avez…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre