Aller au contenu principal

Le pastoralisme en lutte contre les méga-feux

Le Cerpam(1) démontre que les pratiques pastorales contribuent à lutter contre les feux de forêts.

Avec le changement climatique, les sécheresses se succèdent et accentuent le risque d'incendies. © C. Jacobs - Pixabay
Avec le changement climatique, les sécheresses se succèdent et accentuent le risque d'incendies.
© C. Jacobs - Pixabay

Le terme méga-feu a fait son entrée dans le langage courant. En effet, nous avons tous en mémoire les incendies incontrôlables de ces dernières années, au Portugal, en Grèce et en Californie. Derniers en date, les méga-feux australiens, déclarés en septembre 2019 et maîtrisés seulement à la mi-février de cette année, ont causé la destruction de 10 millions d’hectares de végétation et provoqué la mort de 33 personnes. Chaque année en France, l’été aussi compte son lot d’incendies, plus ou moins graves, plus ou moins vite neutralisés.

Les troupeaux consomment le combustible

Dans une publication du 2 février, le Cerpam expose en détail les bénéfices qu’apporte le pastoralisme à la lutte contre les feux de forêts. En effet, les Américains et les Portugais ont encouragé l’installation d’éleveurs ovins et caprins dans les zones à risques. Par ailleurs, une étude de l’université de Barcelone, datant de 2018, montre l’évolution des risques d’apparitions d’incendie sur le pourtour méditerranéen, en fonction des augmentations températures globales. La situation n’est pas amenée à s’améliorer dans les prochaines années. Or, depuis les années 80, les pratiques pastorales sont connues pour participer activement à la lutte contre les incendies de forêts. Le Cerpam et la chambre régionale de Languedoc-Roussillon ont conduit de nombreuses études de terrain. Les troupeaux, qu’ils soient ovins, caprins ou bovins, contribuent au débroussaillage et à l’entretien des bois et forêts. Leur passage modèle la végétation qui présente alors une discontinuité qui permet de freiner et limiter la propagation d’un feu tout en facilitant l’accès aux pompiers. Les animaux vont en effet briser la « continuité horizontale », c’est-à-dire en éclaircissant les buissons et broussailles et la « continuité verticale » en se nourrissant des jeunes pousses d’arbres qui ne viendront pas étoffer la zone.

Plus d’information sur cerpam.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre