Aller au contenu principal

Le lait de brebis porteur dans le renouvellement des éleveurs, les brebis viande à la traîne

À l’instar de la filière caprine, les brebis laitières attirent les jeunes avec la possibilité de faire de la transformation fromagère. Les ovins allaitants peinent à se stabiliser.

Les éleveurs d'ovins allaitants sont en moyenne plus âgés que les éleveurs d'ovins lait. © Agreste enquêtes structures ...
Les éleveurs d'ovins allaitants sont en moyenne plus âgés que les éleveurs d'ovins lait.
© Agreste enquêtes structures , y compris 2016 et Recensement agricole 2010, MSA 2018, SPIE BDNI 2018 traitement Institut de l’Elevage

La population des éleveurs de ruminants marque un fort vieillissement depuis le début des années 2000. Dans les secteurs bovins, en particulier laitier, il est lié à l’abandon de la politique de préretraite-installation à la fin des années 1990, ce qui a contribué à diviser par deux les niveaux d’installation par an. Pour les secteurs viande (bovine et ovine), il est aussi dû au maintien en activité d’éleveurs à plus de 62 ans qui préfèrent conserver les aides de la PAC (en particulier avec ICHN) plutôt que toucher une faible retraite. Les installations plus tardives (plus de 40 ans), en reconversion professionnelle par exemple, sont en nette croissance depuis 2010 et contribuent aussi à ce phénomène. D’après les données de la MSA, elles représentent un quart des installations en ovins viande, 21 % des exploitations en caprins, 15 % en bovins lait. Ainsi, la production nationale gagnerait de nouveaux éleveurs mais ceux-ci ne font pas baisser la moyenne d’âge.

Un tiers des éleveurs ont moins de 40 ans

Pour le lait comme pour la viande, le pourcentage d’éleveurs de moins de 40 ans s’établit autour de 30 %. La différence est plus marquée sur le pourcentage des éleveurs de plus de 50 ans, qui avoisine les 50 % en ovins allaitants, pour seulement dépasser de peu les 40 % en brebis laitières. D’après les données de la MSA, les effectifs en petits ruminants sont relativement stables puisque entre 2010 et 2018, la population des éleveurs n’a régressé que de 0,3 % (contre 2,8 % en bovins lait et mixte). D’autres chiffres montrent encore des signaux positifs : le taux de remplacement en ovin allaitant est proche de 100 %. Pour la brebis laitière, le développement ou la stabilisation des collectes incitent l’installation, de même que la production fermière. Cependant, cet engouement pour la transformation à la ferme amène une nouvelle dynamique de carrière, avec davantage de turn-over et des éleveurs qui envisagent des carrières plus courtes qu’auparavant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
Brexit et Covid-19 vus du Royaume-Uni
Le Financial Times montre dans une vidéo de sept minutes comment l’élevage ovin britannique est menacé par le Brexit et le…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre