Aller au contenu principal

Le CS Ovin m’a conforté dans le maintien d’une activité ovine sur l’exploitation

Valentin Lochon, 26 ans, est installé sur la commune de Magné, dans la Vienne, sur un système mixte grandes cultures-élevage ovin viande, qu’il a mûrement réfléchi pendant sa formation et son parcours à l’installation.

Valentin Lochon, 26 ans, a réfléchi son système pour optimiser la ressource herbagère et garder la complémentarité entre grandes cultures et atelier ovin.
Valentin Lochon, 26 ans, a réfléchi son système pour optimiser la ressource herbagère et garder la complémentarité entre grandes cultures et atelier ovin.

À la fin de mes études agricoles, j’avais un projet de reprise de l’exploitation familiale. Mon idée de départ était de mettre la totalité de l’exploitation en céréale, de supprimer la troupe ovine qui était alors peu productive et de cumuler mon activité agricole avec un emploi à l’extérieur.

Vu les types de sol sur l’exploitation, une partie des terres, à plus faible potentiel, était mal adaptée aux cultures, et justifiait le maintien de l’activité ovine en système herbager.

Pour m’en persuader, j’ai fait le choix de suivre le CS Ovin de Montmorillon en 2015, pour découvrir les différents systèmes d’élevage possibles dans ma région, prendre de l’autonomie dans la prise de décision en améliorant mes compétences techniques à la fois sur le troupeau et les productions fourragères, et développer mon réseau professionnel.

Des cultures peu rentables changées en prairie

J’ai repris lors de mon installation en 2019, 80 ha (45 ha en grande culture et 35 ha en prairie), avec un renouvellement complet du cheptel existant par l’achat de 170 « brebis de pays » typées Charolais-texel-vendéen. J’ai également acheté une trentaine d’agnelles de renouvellement suffolk.

Aujourd’hui l’exploitation compte 135 ha (100 ha de céréale et 35 ha prairie) et 210 brebis (60 suffolk, 60 vendéennes, 90 brebis de pays).

L’augmentation de surface m’a permis d’augmenter en céréales, de réimplanter des prairies sur certaines parcelles qui étaient en culture mais avec des rendements médiocres, ou difficilement accessibles pour le matériel. Cela ma également permis de réorganiser le pâturage du troupeau à proximité des bâtiments.

Sécuriser le pâturage avec des parcelles complémentaires

J’exploite également une vingtaine d’hectares de prairie en bordure de rivière mises à disposition par un voisin. Ces parcelles me permettent de conforter la disponibilité en herbe du troupeau, sans craindre la période estivale.

Le fait d’avoir conservé la mixité grandes cultures-élevage ovin me permet d’avoir un revenu assez régulier, et de valoriser mes parcelles selon leur potentiel : les meilleures en céréale, les autres en pâturage avec un coût alimentaire maîtrisé pour le troupeau.

J’ai deux productions différentes, mais complémentaires dans un contexte économique qui nécessite d’être adaptable.

L’autonomie fourragère, un enjeu d’actualité

Au cours des trois dernières années, les sécheresses estivales successives ont été plus ou moins marquées selon les régions. Dans les systèmes d’élevage herbagers, l’indispensable adaptation au changement climatique peut prendre divers aspects.

Un premier levier de sécurisation consiste à réduire le niveau de chargement sur les prairies.

Un second passe par la diversité des prairies permanentes comme temporaires. Cette diversité floristique permet d’équilibrer la production de fourrage tout au long de la saison en jouant sur leur précocité plus ou moins forte, leur résistance à la sécheresse, leur souplesse d’exploitation, par le pâturage ou la fauche. Enfin, l’utilisation de surfaces complémentaires – telles que les vergers, vignes, berges – s’avère intéressante. Ces parcelles peuvent être dédiées aux brebis taries si leur végétation est de piètre qualité nutritionnelle.

L’écosystème prairial est un atout majeur pour réduire la vulnérabilité des exploitations à l’évolution du climat.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Damien Fraysse, 33 ans, se félicite de l'orientation prise par le Gaec. L'atelier laitier permettra à la sœur de celui-ci de s'installer en 2023.
Des brebis allaitantes aux laitières pour gagner plus
Francis et Damien sont les deux associés du Gaec Fraysse des Camps dans le Lot. Le père et le fils ont fait le pari, il y a deux…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Vers une réduction de statut de protection du loup
  Depuis 1992, les loups sont de retour en France. Les conséquences sur les activités d’élevage et la ruralité sont nombreuses et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre