Aller au contenu principal

L’agneau prés-salés du Mont-Saint-Michel manque de bergeries

La zone littorale est soumise à de nombreuses contraintes pour l’élevage des agneaux prés-salés. Une rencontre avec les élus a permis de les sensibiliser.

Élus locaux et professionnels ont échangé fin août sur la qualité de l’eau, la construction de bergeries, les contraintes de pâturage ou le renouvellement des générations. © T. Guillemot
Élus locaux et professionnels ont échangé fin août sur la qualité de l’eau, la construction de bergeries, les contraintes de pâturage ou le renouvellement des générations.
© T. Guillemot

Dans les havres de la Manche : seuls 33 éleveurs ovins professionnels produisent de l’agneau de prés-salés. Et seuls cinq le font sous signe officiel de qualité AOP (cinq autres en font en Ille-et-Vilaine). À côté, une foultitude de particuliers a accès au domaine public maritime et profite de la notoriété d’un savoir-faire sans s’en imposer les mêmes contraintes.

Mais pour installer de nouveaux producteurs, la profession se heurte au manque de bergeries ou à des bergeries obsolètes. Sur les prés-salés classés Natura 2000, le temps administratif demande de longues années pour valider un projet. Un temps hélas bien souvent rallongé par des « antitout » qui multiplient les procédures juridiques et génèrent des blocages et du découragement.

Risque de pollutions des eaux de baignades

Les bergeries doivent abriter les troupeaux l’hiver bien sûr, mais aussi à chaque grande marée. Les déjections animales, dans les herbus recouverts en période de fort coefficient, ont en effet un impact négatif sur la qualité des eaux. C’est pourquoi les éleveurs sont contraints de retirer leurs animaux cinq jours avant le début de la grande marée. Le risque étant une pollution de l’eau entraînant, par exemple, de pénalisantes fermetures de baignade dans les stations balnéaires voisines.

Réserver les prés-salés à ceux qui respectent le cahier des charges

« L’AOP doit progresser sinon elle va disparaître, craint Pascal Férey, le président de la chambre d’agriculture de la Manche. Le temps nous est compté et il serait dommage de ne pas transformer l’essai ». Lors d’une visite de sa bergerie vieillissante fin août avec les élus manchots, Rolland Salle, le vice-président de l’AOP prés-salés du Mont-St-Michel, revendique « un accès au domaine maritime réservé aux seuls éleveurs AOP prés-salés Mont-St-Michel en accompagnant tous les éleveurs non AOP dans le respect du cahier des charges AOP ». La pérennité de cette filière d’excellence est à ce prix. Pour éviter le surpâturage en certains endroits et le sous-pâturage en d’autres au bénéfice de la biodiversité, il faut trouver les bons équilibres et un juste partage de la valeur ajoutée. Les parlementaires de la Manche s’affirment alors prêts à défendre une révision d’une loi Littoral trop contraignante.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires. Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi Alimentation (Egalim).
Les mots "saucisse" et "steak" réservés à la viande
La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires renforce l'étiquetage sur l'origine…
Les équipements de contention sont trop mal adaptés aux contraintes du parage des onglons. © DR
Parage des onglons : peut (beaucoup) mieux faire
Dans le cadre d’Am’TravOvin, des ergonomes ont observé des chantiers de parage des onglons pour proposer des repères permettant d…
Les éleveurs ovins britanniques craignent les conséquences du Brexit.
Brexit et Covid-19 vus du Royaume-Uni
Le Financial Times montre dans une vidéo de sept minutes comment l’élevage ovin britannique est menacé par le Brexit et le…
Le drone, la télécommande et les deux batteries de rechange pèsent un kilo et peuvent être facilement mis dans le sac ou une grande poche. © N. Schneidermann
Un drone pour garder les brebis
Depuis l’an dernier, Nicolas Schneidermann se sert d’un drone pour rabattre ses brebis et surveiller son troupeau. Il milite pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre