Aller au contenu principal

En Belgique
L’agneau de Pâques n’est pas un bébé

À la période de Pâques, la viande d’agneau fait parler d’elle. Pour contrer l’idée fausse qu’il s’agit d’agneaux nouveau-nés, les Belges expliquent la production ovine.

La différence de taille entre l'agneau de Pâques et le nouveau-né est flagrante. (La photo HD arrive) © Celagri
La différence de taille entre l'agneau de Pâques et le nouveau-né est flagrante. (La photo HD arrive)
© Celagri

La Cellule d’information agriculture de Belgique francophone (Celagri) a diffusé quelques jours avant Pâques, une note explicative sur l’élevage ovin. En effet, comme l’explique le document, « on a souvent tendance à croire que l’agneau dit 'de Pâques' est un nouveau-né ». Or, il n’en est rien et l’organisme de communication pour l’agriculture wallonne dément avec pédagogie ces idées reçues qui font du tort à la filière. Dans son document, Celagri fait apparaître la photo d’un agneau tout juste né à côté de celle d’un agneau de 40 kg, prêt à être commercialisé. Et l’organisme belge explique ensuite : « la viande d’agneau qui se retrouve traditionnellement sur notre marché à Pâques, provient en fait d’animaux de trois à quatre mois élevés en bergerie. À cet âge-là, l’agneau pèse déjà près de 40 kg, soit presque la moitié de son poids adulte. » En effet, le terme « agneau » désigne traditionnellement un ovin âgé entre zéro et douze mois. Celui-ci peut déjà être sexuellement actif, il est donc loin d’être le bébé que peuvent se représenter certains consommateurs.

De la pédagogie pour expliquer l’élevage ovin

L’agneau de Pâques doit également être bien différencié des agneaux herbagers que l’on peut voir gambader dans les prés au printemps. « Ces très jeunes agneaux seront élevés à l’herbe et seront typiquement présents de septembre à décembre dans les étals des bouchers », reprend le document. En supplément de cette remise au point sur ce qu’est et ce que n’est pas l’agneau de Pâques, le Celagri profite de l’occasion pour démonter les autres clichés de la filière ovine. Non, manger de l’agneau pascal ne garantit pas qu’il soit produit localement. Le Celagri rappelle que la Wallonie n’est pas autosuffisante en viande ovine et importe chaque année près de 23 000 tonnes, en grande majorité de Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni. Et non, la viande d’agneau n’est pas une viande grasse. Avec 100 grammes de côtelette, un homme adulte couvre 14 % de ses besoins journaliers et le gigot, le morceau le plus maigre de l’agneau, ne présente que 5 % de lipides, c’est-à-dire un taux similaire à celui de l’aloyau de bœuf.

En savoir plus

Le Celagri répond objectivement à la désinformation agricole

Le Celagri (cellule d’information agricole) est une initiative du Collège des producteurs, soutenu par le ministre wallon de l’agriculture. Le but de l’organisme est de répondre objectivement aux attaques contre l’agriculture en s’appuyant sur un panel de scientifiques. Les compétences du Celagri s’étendent de l’élevage aux productions végétales et au bio.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre