Aller au contenu principal

La marque Vrai interroge les consommateurs et les producteurs

Pour repositionner sa marque bio Vrai, Triballat Noyal a organisé une consultation pour répondre « aux vraies questions » des consommateurs et des producteurs.

L’objectif en 2021 sera de répondre à toutes les questions posées. © Vrai
L’objectif en 2021 sera de répondre à toutes les questions posées.
© Vrai

Du 1er juin au 31 juillet 2020, la marque de produits laitiers bio Vrai a ouvert une consultation grand public sur la plate-forme web Lesvraiesquestions.com. Consommateurs, producteurs et salariés étaient invités à poser des questions et exprimer leurs remarques et suggestions sur les produits laitiers Vrai (ultra-frais de vache, brebis et chèvre, fromages, crème fraîche). « Triballat Noyal est pionnier des produits laitiers biologiques, rappelle Sonia Jolly, chef de groupe Bio chez Triballat Noyal. Mais les attentes des consommateurs évoluent, la concurrence sur le bio est de plus en plus forte et nous avons voulu avoir une approche collaborative pour coconstruire le futur de la marque et répondre aux nouvelles attentes sociétales. » En deux mois, la plateforme a recueilli 200 questions et 1 300 contributions. Les thèmes les plus abordés étaient les emballages (formats, plastique…), le bien-être animal (modes d’élevage, devenir des mâles…), les garanties de la bio (origine du lait, ingrédients, additifs…), l’impact environnemental de la marque et la rémunération des producteurs. La marque apportait une réponse aux questions les plus plébiscitées. « Sur la rémunération, nous avons expliqué les mécanismes de fixation des prix selon les coûts de production, la saisonnalité, le marché… précise Arnaud Ménard, responsable amont chez Triballat Noyal. Nous avons aussi rappelé ce que nous faisons mais ne disions pas forcément, comme le travail avec les OP, le sourcing français, les chartes de bien-être animal, l’accompagnement des producteurs… ».

Des engagements pour rajeunir la marque

L’objectif pour la suite est de coconstruire un nouveau plan d’action et de nouveaux engagements. Des ateliers seront organisés en décembre avec les producteurs, les salariés et des consommateurs pour parler du positionnement de la marque et des moyens de la rajeunir. Des évolutions devraient aussi être apportées assez rapidement sur les produits, pour répondre notamment à une attente de grands conditionnements. En brebis, neuf millions de litres de lait bio sont collectés auprès de 50 producteurs en Lozère et 10 en Bretagne. « Tous les producteurs sont associés à l’évolution de la marque, souligne Arnaud Ménard. Nous travaillons ensemble sur un cahier des charges privilégiant une alimentation française, le pâturage, le bien-être animal… tout en restant dans une approche économique raisonnable. » Les contrats pourraient aussi évoluer selon la saisonnalité. Une association de producteurs a par ailleurs été créée en Lozère en février 2020 et la marque l’accompagne dans sa demande de reconnaissance comme OP. Deux projets d’installation en lait de brebis bio sont également en cours. Triballat Noyal prévoit de faire ensuite une pause d’un an pour de futurs développements. « La croissance du marché des produits laitiers bio de brebis est moins soutenue qu’elle n’a été, notamment depuis la crise du Covid qui a amené des consommateurs à privilégier les produits basiques », constate Arnaud Ménard.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre