Aller au contenu principal

"J’ai fait de toutes mes contraintes, un système d’élevage ovin à mon image"

Clémence Sutra, 33 ans, représente la quatrième génération de femmes à s’installer sur la petite exploitation familiale. Elle élève aujourd’hui 70 brebis en plein air en Haute-Garonne.

Clémence Sutra, 33 ans, s'est installée sur la ferme familiale avec un système économe en plein air intégral.
Clémence Sutra, 33 ans, s'est installée sur la ferme familiale avec un système économe en plein air intégral.
© DR

Après une année de salariat agricole en Australie dans une exploitation de vaches laitières, je suis tombée amoureuse des brebis en travaillant chez un ami. Novice dans cette production, je me suis formée grâce au certificat de spécialisation ovin. Originaire du piémont pyrénéen, j’ai choisi le CFFPA de Charolles situé dans une zone herbagère pour effectuer cette formation en 2014. Cinq ans plus tard, j’ai décidé de reprendre la ferme familiale de ma grand-mère.

Le plein air, une solution pour une installation à moindre coût

J’ai repris la petite exploitation de 10 hectares de ma grand-mère qui avait des vaches Gasconnes sur la commune de Rouède en Haute-Garonne. Âgée de 85 ans, Jeannette avait encore des bovins mais une gestion singulière. Nous avons vendu les dernières vaches et il a été évident pour moi de monter une troupe de brebis allaitantes. Au vu de la surface qui n’est pas extensible, avec du matériel et des installations vétustes, il a fallu réfléchir à un système le plus économe possible. Le plein air a limité considérablement les investissements et m’a permis de m’installer. Ce système est adapté à des brebis très rustiques, très maternelles, valorisant bien l’herbe et sans cornes. Aujourd’hui j’élève 70 brebis Limousines inscrites avec 100 % d’agnelage plein air sur huit hectares.

L’herbe, une culture familiale et confirmée par mes voyages

Pour limiter mes investissements, je ne pouvais pas acheter du gros matériel. Je devais donc améliorer la qualité de mes prairies sans mécanisation, l’herbe étant ma meilleure alliée. Le pâturage tournant dynamique est devenu une évidence pour répondre à ces deux contraintes. Avec uniquement de la clôture mobile posée au quad, je fais tourner les brebis au maximum tous les trois jours. Cette technique m’a permis de remettre toutes les pâtures en bon état pour valoriser au maximum le peu de surface de l’exploitation. Après quelques années, la remise en état des parcelles m’a permis de tripler la production herbagère et va favoriser l’augmentation progressive de mon cheptel sur la même surface.

Une technique efficace mais qui demande formation et expérimentation

Après plusieurs journées de formation sur le pâturage, il a fallu mettre en œuvre la technique. Les contraintes météorologiques, la réaction des parcelles, l’apprentissage des animaux et j’en passe, m’obligent en permanence à réfléchir et expérimenter différentes solutions. Malheureusement ce qui a marché une fois ne fonctionne pas toujours et c’est ce challenge qui me motive chaque jour, mais me démoralise parfois aussi. Avoir toujours des plans B est nécessaire pour la sécurité de mon troupeau. Malgré ces contraintes, ce système répond à mes valeurs et je ne reviendrais plus à une conduite plus traditionnelle d’agneaux de bergerie.

La double activité m’a permis de m’installer

L’exploitation étant petite, sans possibilité d’agrandissement actuellement et sans l’envie de ma part, j’ai opté pour la double activité. Prestataire indépendante, je forme les éleveurs et les futurs éleveurs sur différents sujets zootechniques et évidemment de préférence sur le pâturage tournant dynamique. Les différentes structures peuvent faire appel à mes services selon leurs besoins. Le partage de mes expériences et de mon savoir-faire m’enrichit au quotidien.

Les chiens, des associés précieux

Le système tournant oblige à déplacer quotidiennement le troupeau. Les chiens de conduites sont un outil indispensable qui permet de travailler en autonomie. Rappelons que le chien de conduite représente 0,25 UTH sur une exploitation. Quant au chien de protection, il permet d’assurer la sécurité des agneaux naissants ; dès la première année, 0 % de mortalité lié à la prédation sur l’exploitation. Sans chien de protection, les agnelages en plein air peuvent être fortement dégradés par la prédation. Ainsi le travail des chiens permet de sécuriser le système global de l’exploitation.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre