Aller au contenu principal

Hausse des prix : garder le cap d’un agnelage réussi !

« Produire un maximum d’agneaux reste le premier critère de revenu, même avec des prix d’aliments très élevés »

Dans ce contexte de cours de matières premières particulièrement élevés, produire et vendre un maximum d’agneaux reste le poste le plus déterminant du revenu (à l’exception des zones de montagne). Et même si les aliments sont très chers, il est primordial de ne pas faire d’impasse sur la fin de gestation. Alimenter au mieux les brebis dans le dernier mois de gestation est une des principales clefs de réussite d’un agnelage, en particulier pour limiter la mortalité des agneaux. Si les femelles qui portent un agneau sont séparées des multiples, des économies de concentré de l’ordre d’un euro par brebis sont possibles chez les simples sans diminuer les performances. De plus, les agneaux trop gros à la naissance seront moins nombreux sans pénaliser le démarrage en lactation. Ainsi, une brebis portant un agneau se satisfait de 600 g de concentré (de type « céréale + complémentaire azoté ») avec un foin de graminées au cours du dernier mois de gestation alors que 800 g sont nécessaires si elle porte deux agneaux.

Le tri des agnelles de renouvellement est réalisé avant le premier abattage des agneaux. Le plus simple est souvent de les séparer des agneaux dès le sevrage ou quelques jours après. L’économie de concentré est notable avec 6 à 8 euros par agnelle et par mois. De plus, cette pratique préserve le potentiel laitier des futures reproductrices avec des cellules mammaires qui ne s’engraissent pas. Enfin, même avec des cours d’agneaux élevés, être opportuniste dans la pratique du renouvellement ne paie pas. Si vous avez l’habitude de garder des agnelles nées en automne, il faut continuer sous peine de modifier l’équilibre de vos différents lots et d’impacter la génétique du troupeau.

Les plus lus

Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre