Aller au contenu principal

Des agneaux engraissés au marc de raisin

Une équipe de chercheurs sud-africains a cherché à intégrer du marc de raisin, denrée bon marché, dans la ration de finition des agneaux.

Dans un contexte de changement climatique, l’accès aux céréales s’avère aléatoire. Les récoltes ne sont pas toujours à la hauteur des espérances et les prix ont vite tendance à flamber. Les scientifiques cherchent donc sur des ressources alimentaires alternatives à incorporer dans les rations des animaux d’élevage. Dans les grandes régions viticoles, et notamment en Afrique du Sud, les paysans avaient pour habitude de donner à leurs brebis du marc de raisin en période de pénurie alimentaire. L’objectif était double : subvenir aux besoins élémentaires des animaux et se débarrasser à moindre coût d’un sous-produit de la vinification, posant des problématiques économiques et environnementales. Un groupe de chercheurs sud-africains et italiens ont tenté d’introduire du marc de raisin dans les granulés constituant la ration des agneaux en finition et ont observé les changements physiologiques chez les animaux.

Un aliment fibreux bon marché

Le marc de raisin est une source de fibres et de fait remplace généralement le son de blé ou d’avoine ou les coques de soja. Cependant, le marc de raisin présente bien souvent des teneurs en fibres insolubles et en oligo-proanthocyanidines (antioxydant naturellement présent dans les végétaux) qui diminuent l’absorption des nutriments et la digestibilité. Les chercheurs ont testé plusieurs rations de granulés présentant des concentrations de plus en plus importantes de marc de raisin Pinotage, un cépage sud-africain. Les résultats de l’étude publiée dans Small Ruminant Research montrent que l’addition de marc de raisin dans la ration de finition des agneaux provoque une diminution de l’absorption des glucides et de l’azote secrétée par les microbes du rumen. Le fait que le marc de raisin n’influe pas négativement sur l’absorption de l’azote, ni sur l’efficacité de son utilisation pourrait permettre de classer le marc de raisin comme une alternative bon marché pour l’apport en fibres dans la ration des agneaux en finition. Néanmoins, selon les chercheurs il serait nécessaire d’approfondir l’étude au niveau des conséquences du marc de raisin sur la croissance des agneaux, sur la conformation carcasse ou encore sur la qualité de la viande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre