Aller au contenu principal

Cinq pistes pour regagner en autonomie

Le Salon de l’herbe et des fourrages était un endroit de choix pour se rappeler l’importance de la bonne herbe pour produire soi-même l’alimentation de son troupeau. Rappel des préconisations techniques.

1 Les éléments clés d’une saison de pâturage

Les prairies ne produisent pas de l’herbe uniformément toute l’année et il faut pouvoir s’adapter au calendrier de la pousse. « En pâturant puis en fauchant tôt au printemps, on évite le gaspillage d’herbe, explique Julien Fradin de l’Institut de l’élevage. L’herbe de printemps, c’est 65 à 80 % du rendement de l’année ». « L’herbe de printemps est une herbe de super qualité, confirme Stéphanie Guibert de la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. Fourrage équilibré en énergie et en azote, l’herbe de printemps est un levier vers l’autonomie protéique. Pour en profiter, il faut découper ses parcelles pour garder au maximum une herbe jeune pour la fauche ou le pâturage ».

L'herbe et les prairies demandent d'agir au bon moment, tout au long de l'année.Source : Idele
L'herbe et les prairies demandent d'agir au bon moment, tout au long de l'année.Source : Idele
© Idele

Ensuite, en été, il faut préserver la ressource et éviter le surpâturage par des apports de fourrages complémentaires, que ce soit avec de nouvelles parcelles ou en utilisant des fourrages stockés. « En automne, après les pluies, c’est un petit printemps, apprécie Julien Fradin. Il faut profiter du rebond de pousse et d’une herbe de qualité malheureusement sous-estimée. C’est à chacun de trouver ses repères en observant ses prairies ou en échangeant avec ses voisins. »

2 La bonne hauteur avec les bonnes mesures

L’herbomètre est un outil trop souvent négligé. Pourtant, « mesurer la hauteur d’herbe permet de connaître la production de ses prairies et d’adapter le chargement et l’organisation du pâturage », recommande Claire Douine du Ciirpo. Claire Caraes, chargée de projets Prairies à la chambre d’agriculture de Normandie, le confirme « l’herbe trop haute risque d’être piétinée et sa valeur alimentaire se dégrade avec l’épiaison. Idéalement, un troupeau peut rentrer entre 8 et 10 cm et sortir avant d’attendre les 5 cm pour ne pas pénaliser la repousse ».

3 Une récolte en douceur pour garder les protéines des feuilles

Au moment de la récolte de l’herbe, sous forme de foin, d’enrubannage ou d’ensilage, il s’agit de ne pas perdre les feuilles, surtout pour des légumineuses. Ce sont elles qui gardent la majeure partie des protéines du fourrage. Anthony Uijttewaal, responsable du pôle fourrages d’Arvalis Institut du végétal, explique : « pour garder la valeur des fourrages, il faut préserver les feuilles avec des faucheuses peu agressives, un conditionneur réglé sur la petite vitesse et un séchage rapide grâce à un large étalement de l’herbe coupée. Mais la récolte d’herbe est aussi un compromis car on ne peut pas multiplier le nombre de passage si l’on veut garder un bon débit de chantier. »

Le séchage de l'herbe est un compromis entre aération, temps de séchage et préservation des feuilles.

4 Des fourragères estivales en dérobée pour renforcer son stock

Semées en fin de printemps ou au début d’été, les dérobées estivales sont des cultures opportunistes à caler entre deux cultures, généralement pendant trois mois entre juin et octobre. « Cela peut être des graminées comme du sorgho multicoupe, du millet ou du moha, des légumineuses comme de la vesce ou du trèfle ou des crucifères comme le chou, la navette ou le colza », liste Élodie Morand d’Arvalis.

Les mélanges graminées-légumineuses présentent souvent de meilleurs rendements que des espèces implantées seules. Les légumineuses apportent des protéines alors que les crucifères exploitées avant floraison offrent un bon équilibre entre énergie et protéines. Les graminées telles que le moha ou le sorgho fourrager sont adaptées à des semis de début d’été.

Implantées de la mi-mai à la mi-juillet dernier délai, les dérobées fourragères estivales peuvent être semées sans labour après un travail du sol léger. Mais « aucune espèce n’est capable de s’implanter si elle n’a pas un minimum d’eau à l’installation », avertit Didier Deleau d’Arvalis.

Depuis quelques années, des espèces exotiques, originaires d’Afrique, comme le lablab, le niébé (cowpea), le teff grass ou le sorgho multicoupe sont apparues sur le marché. « Ces espèces sont plus résistantes à la chaleur et à la sécheresse, observe Élodie Morand. Il faut les tester sous nos latitudes et dans notre environnement. On a déjà des résultats intéressants avec le teff gras qui présente de bonnes valeurs alimentaires et repousse vite. A contrario, le lablab ou le niébé semblent moins bien fonctionner, peut-être parce que ces légumineuses exotiques ont besoin d’inocula qui n’existent pas ici. »

Des essais sont en cours, comme ici au Ciirpo, pour mesurer l'intérêt des fourragères estivales en dérobée.
Des essais sont en cours, comme ici au Ciirpo, pour mesurer l'intérêt des fourragères estivales en dérobée.
© Ciirpo

5 Pois, féverole et lupin contribuent aussi à l’autonomie des élevages

Directement intégrés dans la ration, les pois, féverole et lupin sont des atouts pour l’autonomie protéique des élevages français grâce à leur teneur en protéines de 21 à 40 %. « Semées aux bonnes dates, dans de bonnes conditions et sans surdensité, les cultures de pois et féverole ne demandent pas trop d’interventions techniques, explique Agathe Penant, ingénieure développement protéagineux et diversification à Terres Inovia. Par contre, la culture du lupin peut être plus délicate avec un enherbement à maîtriser et une exigence pour des sols acides et non hydromorphes. »

Autre façon de produire des protéines sur ces terres, ce méteil mélange triticale, avoine, pois fourrager, vesce commune et vesce velue.

31 700 visiteurs au Salon de l’herbe

Mille nuances de vert au Salon de l’herbe et des fourrages qui s’est tenu à Villefranche-d’Allier (03) les 1er et 2 juin. Pas moins de 31 700 visiteurs ont arpenté l’allée centrale à la découverte des collections variétales des semenciers ou des matériels de récolte en démonstration. Au village technique, renommé Village de l’autonomie protéique et fourragère, les conférences, ateliers et présentations se sont succédé pour rappeler l’importance de l’herbe sur la souveraineté protéique.

Au village de l'autonomie protéique et fourragère du Salon de l'herbe, les experts d’Idele, d’Arvalis et d'autres organismes (Semae, AFPF, Inrae, BTPL, les Chambres d’agriculture, les Conseils en élevage, Terres Inovia…) ont répondu aux questions d’une partie des 31 700 visiteurs du salon.

Côté web

Pour aider à trouver le bon couvert, Arvalis propose un outil en ligne choix-des-couverts.arvalis-infos.fr qui renvoie vers la description des espèces fiches.arvalis-infos.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

"On avait tous un paysan dans la famille"
"On avait tous un paysan dans la famille"
Victorine Alisse a mené une vraie enquête de cœur pour retrouver et photographier une vingtaine d’ancien(ne)s paysan(ne)s. Forte…
Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
Sur le site de Laqueuille en Auvergne, les équipes de l'Inrae ont remarqué que les brebis appréciaient les buissons de genêts. Cela a permis d'ouvrir le milieu et facilité le passage des bovins.
Une gestion optimisée de l’herbe avec vaches et moutons
Les brebis trient, les vaches mangent à peu près tout et la valorisation des parcelles n’en est que meilleure. La complémentarité…
Les 120 meilleurs Border Collie  d’Europe en compétition en Vendée
Du 25 au 28 août 2022 aura lieu le Championnat d’Europe de chiens de troupeau, où 18 nations présenteront huit de leurs meilleurs…
330 élevages ont été sélectionnés dans le projet Cap Protéine pour leur capacité à renforcer leur autonomie protéique et pour les leviers qu'ils ont mis en place.
Le printemps de l’autonomie protéique avec Cap Protéines
Cap Protéines lance le printemps de l’autonomie protéique. Le projet, issu du plan France Relance, proposera toute une série de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre