Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Agrimax, un salon qui gagne en mouton

Le salon Agrimax fête sa huitième édition. Son pôle ovin s’étoffe d’année en année et présente ses actions sur la laine, les abattoirs ou l'utilisation de drones.

Il faut compter autour de 1 500 euros pour un drone doté du logiciel de comptage, à quoi s'ajoutent les frais de formation au pilotage, profession dorénavant très encadrée par la loi. © B. Morel
Il faut compter autour de 1 500 euros pour un drone doté du logiciel de comptage, à quoi s'ajoutent les frais de formation au pilotage, profession dorénavant très encadrée par la loi.
© B. Morel

Avec sa vitrine de la filière ovine du Grand Est, le pôle ovin du salon Agrimax, qui s’est tenu à Metz du 23 au 25 octobre, n’a rien à envier aux autres salons agricoles de France. Selon les organisateurs, 17 000 personnes ont franchi les portes du salon pour venir admirer les 2 270 animaux présents (bovins lait et viande, ovins et basse-cour). Le pôle ovin est historiquement très développé, il compte cette année 200 béliers et quelques brebis suitées. Les béliers, de toutes races, sont vendus le dernier jour du salon lors d’une grande vente aux enchères. La filière ovine de l’Est est dynamique, notamment avec sa participation dans le projet Défi Laine, qui vise à valoriser la laine produite dans la grande région européenne qui regroupe la Lorraine, la Wallonie, la Rhénanie et le Luxembourg. Le parc naturel de Lorraine, partenaire du projet, a lancé la rénovation énergétique de cinq bâtiments publics en utilisant la laine produite localement comme isolant. Le lycée agricole de Pixérécourt, lui, propose des journées de sensibilisation autour de la laine aux futurs éleveurs ovins. Le lycée va également mettre en place un site suivant le principe de leboncoin.fr pour la laine. Il devrait être opérationnel début décembre. Enfin, le programme Défi Laine a permis de faire une étude de marché régionale. Celle-ci a pointé un manque d’outils de transformation sur le secteur. Une étude est donc en cours autour de la création d’un atelier de feutrage, tricotage et tissage.

Un abattoir adapté au circuit court

Les éleveurs prennent également le bélier par les cornes pour créer un outil d’abattage adapté à leurs besoins. L’association des usagers du pôle agroalimentaire transfrontalier Nord-Lorrain, un collectif d’éleveurs d’ovins, de bovins et de porcins, a mis en marche son projet de construction d’un abattoir à Thionville. En effet, une majorité d’éleveurs de Lorraine voient aujourd’hui leurs animaux partir à l’abattage dans les Alpes-de-Haute-Provence, dans la Creuse ou en Haute-Vienne. Pour les producteurs qui font de la vente directe, cette situation n’est pas tenable. L’abattoir devrait commencer son activité durant l’hiver 2021 et son capital est détenu à moitié par les éleveurs eux-mêmes. La technologie est aussi au rendez-vous avec la démonstration de drones, utilisés par les éleveurs pour le comptage de leurs animaux au pâturage. « J’utilise un drone avec mon troupeau, annonce Stéphane Ermann, le vice-président du salon et éleveur ovin lui-même. C’est pratique mais c’est aussi pour donner une image dépoussiérée de la production ovine. Les drones suscitent la curiosité des jeunes, cela peut être une manière de les inciter à se tourner vers le mouton. Et c’est aussi un bon outil de communication avec le grand public. »

La neuvième édition d’Agrimax aura lieu du 21 au 23 octobre 2020, rendez-vous sur agrimax-expo.com.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre