Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Monde agricole
Le suicide des agriculteurs, on en parle ?

Au nom de la Terre a sorti le sujet de l'ombre. Ce film actuellement sur les écrans parle du suicide des agriculteurs, un drame très préoccupant dans ce milieu socio-professionnel. La MSA a décidé de mettre en œuvre un réseau de prévention du mal-être des agriculteurs. En Bretagne, les premières sentinelles sont entrées en action en 2013.

© flickr

Le thème du suicide des agriculteurs n’est plus un tabou. C’est même un sujet vibrant actuellement sur les écrans de cinéma avec le film Au nom de la Terre.

« Un agriculteur se suicide chaque jour en France ». C’est Edouard Bergeon, le réalisateur du film, qui le dit. Et il sait hélas de quoi il parle puisque c’est l’histoire de son propre père qui est jouée à l’écran par l’acteur Guillaume Canet.

 

La Mutualité sociale agricole se préoccupe de ce fléau. En Bretagne, la MSA d’Armorique a été la première à créer en 2013 un réseau de « sentinelles » chargé de la veille et de la prise en charge des agriculteurs en situation de grande fragilité. D’ici la fin de l’année « une équipe de bénévoles complètera le dispositif », annonce Terra.

L’article complet est à lire sur le site du journal.

Les sentinelles jouent un rôle dans la prévention du mal-être des agriculteurs. Dans son bulletin d’information le Bimsa, la MSA présente ce réseau de solidarité. Des hommes et des femmes qui ont pour mission de repérer, écouter, évaluer, accompagner et orienter.

Et si en parler pouvait faire reculer les chiffres ?

Sur Twitter, le #suicidedesagriculteurs diffuse un message de SOS Amitié.

tweet

 

Une proposition de loi pour « prévenir le suicide des agriculteurs »

L'information est parue dans Agra le 10 octobre : une proposition de loi visant à «prévenir le suicide des agriculteurs» a été déposée au Sénat le 26 septembre dernier. Présentée par le sénateur PS de l’Hérault Henri Cabanel, elle s’inspire de l’obligation légale d’assistance à personne en danger et souhaite contraindre les banques à «repérer les difficultés financières d’un client chef d’exploitation agricole ou salarié agricole» pour «l’orienter vers un accompagnement social et psychologique» en faisant le lien avec la Mutualité sociale agricole (MSA). «Il s’agit d’inverser le principe qui prévalait jusqu’alors, la démarche des agriculteurs vers la MSA, en proposant une démarche des banques vers les agriculteurs», explique Henri Cabanel dans l’exposé des motifs.

 

Lire aussi  Le suicide des agriculteurs, réalité dans la vie et sur les écrans

et " Au nom de la Terre ", au nom du père, au nom du monde paysan

Les plus lus

Vignette
Dans le Tarn, une production de gaz agricole qui bénéficie aux habitants et aux entreprises locales
Produire de l'énergie renouvelable sur une exploitation agricole et injecter du gaz dans le réseau pour contribuer aux besoins…
Vignette
Une prime de 15 €/1000 litres pour produire du lait de vaches nourries sans OGM
Lidl l’a demandé, Lact’Union l’a fait. Avec les éleveurs laitiers volontaires, la coopérative s’engage dans une démarche « lait d…
Steyr Konzept – Un concept de tracteur hybride
Machinisme
Le tractoriste autrichien présente un concept-tractor futuriste aussi bien dans son design que dans la technologie embarquée.
BC Technique investit fort pour développer sa gamme de matériels de désherbage mécanique Phenix Agrosystem
Machinisme
Connue pour la distribution en France des produits autrichiens Hatzenbichler, l’entreprise BC Technique investit dans les…
Aux États-Unis, les contrôles des défauts de carcasse confiés aux abattoirs
Porc

Le département américain de l’agriculture (USDA) prévoit de retirer toute limite à la vitesse à laquelle les abattoirs…

« J’ai mis sous le même toit tous les animaux à risques »
Lait
Au Gaec Holstein Alliance, dans les Côtes-d’Armor, les génisses en post-sevrage ou en transition alimentaire, les taries, les…
Publicité