Aller au contenu principal

Vifs débats au sein de l'AOP camembert de Normandie

L'accord pour créer une AOP élargie et mettre fin à la coexistence de l'AOP camembert de Normandie et du fabriqué en Normandie crée des remous.

Les éleveurs de l'actuelle AOP camembert de Normandie ont échangé leurs espoirs et leurs craintes lors de la dernière AG de l'Union des producteurs de lait pour les AOP fromagères de Normandie. L'accord de principe conclu en février dernier vise à créer une AOP camembert élargie sur toute la Normandie, et à mettre ainsi fin à la coexistence de l'AOP camembert de Normandie et du camembert fabriqué en Normandie sans cahier des charges. Cet accord fait débat. D'un côté, des producteurs craignent des conséquences négatives sur leur filière au lait cru à hautes exigences sur l'élevage (66% de vaches normandes, 25 ares accessibles pâturées...). "Comment le consommateur va s'y retrouver avec deux niveaux d'exigence différents sous une même AOP ? Il regardera le prix et le lait cru va régresser." De l'autre côté, il y a les producteurs qui y croient. "Les éleveurs du 'Fabriqué en' vont progresser. La valorisation ira à plus d'éleveurs."

La clarté de l'étiquetage sera décisive

L'Union rappelle que l'objectif de l'accord est bien de supprimer la confusion pour le consommateur entre les deux dénominations, de tirer tout le monde vers le haut, avec des moyens budgétaires accrus. "L'accord vise à développer le lait cru. Il faudra un étiquetage le plus clair possible. Dans d'autres appellations, il y a du lait cru et du traité thermiquement, et ce sont les fromages au lait cru qui progressent. Les ventes de camemberts AOP augmentent depuis deux ans, tandis que celles des "Fabriqués en" baissent. Avec des camemberts AOP au lait traité thermiquement, nous pourrons exporter l'image de la Normandie dans des pays qui refusent les fromages au lait cru. Enfin, c'est une solution pour valoriser des laits AOP déclassés."

L'objectif pour la future AOP élargie est de passer à 2 000 exploitations pour environ 40 000 tonnes de fromages, contre 550 aujourd'hui pour 5 700 tonnes en AOP. Les éleveurs sont septiques : "On a déjà du mal à acheter des Normandes aujourd'hui, alors comment feront-elles pour monter à 30% de Normandes en trois ans."

Lire Réussir lait n°323 d'avril 2018, p14
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Évolution des résultats courants par UMO exploitant des systèmes bovins lait279 exploitations des réseaux d’élevage Inosys © Source : GEB-Institut de ...
Des estimations de revenus 2020 en baisse dans tous les systèmes laitiers des réseaux d'élevage
D’après les estimations réalisées sur les fermes laitières des réseaux d’élevage Inosys, le revenu baisse de 500 à 10 800 euros…
La récolte du maïs épi se fait avec une ensileuse classique équipée d’un cueilleur à maïs grain, ce qui nécessite une adaptation de la tête de récolte. © Arvalis
L’ensilage de maïs épi est un compromis intéressant dans la ration des vaches laitières
La récolte du maïs sous forme d'épis complets est un bon compromis en termes de logistique, de conservation et de valorisation.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière