Aller au contenu principal

Un partenariat constructif entre Système U/Schreiber et les éleveurs

Basé sur le cahier des charges Bleu Blanc Cœur, du non-OGM, du pâturage et du bien-être animal, ce projet lorrain donne du souffle dans une zone laitière en déprise.

Dans cette usine seront désormais fabriqués la totalité des yaourts et desserts lactés à base de lait de vaches commercialisés sous marque U (hors bio).
© Schreiber

L’américain Schreiber avait annoncé la couleur quand il avait mis les pieds en France en 2017, en reprenant l’usine de Cléry-le-Petit du groupe Bel dans la Meuse. Il comptait investir dans la construction d’un nouvel atelier d’ultrafrais en partenariat avec Système U, tout en développant l’activité fromages sous marques distributeurs. Cette annonce dans un marché de l’ultrafrais très bataillé avait fait grand bruit. Le projet est aujourd’hui en passe d’aboutir. Une première vague de production va démarrer en avril, l’atelier sera inauguré en juin et les quatre lignes de production (yaourts étuvés, yaourts brassés, fromages frais et desserts lactés) seront opérationnelles en septembre.

60 millions de litres et 90 producteurs

La totalité des yaourts et desserts lactés commercialisés sous marque U (hors bio) seront désormais fabriqués dans cette usine. Le lait sera produit sous un cahier des charges coconstruit par Système U, Schreiber et les éleveurs. Quatre-vingt-dix producteurs et 60 millions de litres de lait sont concernés par ce partenariat. Le lait répondra au cahier des charges Bleu Blanc Cœur qui garantit une qualité nutritionnelle avec un équilibre oméga 3/oméga 6 ; il devra aussi être produit par des vaches nourries avec des aliments sans OGM et mises au pâturage (3 mois -720 h par an - minimum 5 ares par vache). S’ajouteront, dans une logique de démarche de progrès, des indicateurs de bien-être animal. Une dimension jugée essentielle car importante aux yeux du consommateur, soulignent aussi bien Schreiber que Système U. Un groupe de douze éleveurs ambassadeurs teste depuis octobre le cahier des charges. C’est le cas de Laurent Rémy, éleveur dans la Marne. « On est dans une zone en déprise laitière. Ce projet concret amène un souffle nouveau, une éclaircie, car on avait des doutes sur la pérennité de l’usine ; il nous permet d'aller de l'avant ", affirme-t-il, en soulignant " l'importance pour les producteurs d'être associés aux discussions sur les cahiers des charges ».

Une contractualisation sur 5 ans

« Nous avons contractualisé avec les éleveurs sur une durée de 5 ans », explique Stéphane  Ringard, directeur général Schreiber France. Système U s’est de son côté engagé avec Schreiber avec un contrat de 9 ans sur un volume de 60 millions de litres de lait et une mécanique de prix. « Nous avons fait le choix de travailler avec un seul fournisseur et une seule usine pour avoir un processus d’élaboration unique. Il n’est pas possible en travaillant avec plusieurs fournisseurs d’avoir exactement le même produit », précise Thierry Desouches, responsable relations extérieures de Système U. L’enseigne a un partenariat de longue date avec l’association Bleu Blanc Cœur. 100 % du lait sous marque U en bouteille, soit 65 millions de litres de lait, sont déjà produits sous cahier des charges Bleu Blanc Cœur en partenariat avec la Laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel.

À terme, l’usine aura la capacité de transformer en ultrafrais 80 millions de litres de lait. Les 20 millions de litres hors contrat devront trouver un marché dans d’autres pays, car le contrat signé avec Schreiber donne à Système U l’exclusivité sur le marché français. Schreiber détient par ailleurs six autres usines d’ultrafrais en Europe (Espagne, Canaries, Portugal, République tchèque) et une usine de fromages en Allemagne. Ce spécialiste des marques de distributeurs a bâti le même type de partenariat qu’avec Système U en Espagne avec Mercadona.

Une référence au prix FAM toutes catégories

Les éleveurs seront rémunérés au prix FranceAgriMer (FAM) toutes catégories (en moyenne 15 €/1 000 l au-dessus du prix FAM du lait conventionnel) auquel s’ajoutera une prime destinée à compenser le surcoût lié au respect du cahier des charges. Sauf si le prix FranceAgriMer toutes catégories descend en dessous de 320 €/1 000 l, auquel cas les éleveurs toucheront 320 € plus la prime.

Chiffres clés

Schreiber en France, c’est :

130 millions de litres de lait
200 éleveur producteurs
320 salariés à terme
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière