Aller au contenu principal

Un marché incertain pour cet automne

Les guerres commerciales et l'été chaud et sec vont perturber les marchés. Reste à évaluer l'ampleur des impacts.

Les stocks de poudres de lait en Europe et aux Etats-Unis (320 000 et 123 000 t en juin dernier) continuent de peser sur les marchés.
© EC/AFP/Anoek De Groot

Les marchés semblaient plus équilibrés en juillet-août, sans toutefois être meilleurs que l'été 2017. La cotation poudre de lait écrémé s'était redressée jusqu'en juin grâce à une demande mondiale dynamique et à des fabrications qui avaient marqué le pas au printemps aussi bien dans l'Union européenne qu'aux États-Unis. Mais elle a baissé sur le mois de juillet. Les stocks restent élevés dans l'UE et aux USA. Et les guerres commerciales perturbent les marchés. "La politique de Trump a fâché le Mexique, la Chine et le Canada, trois gros clients de l'industrie laitière américaine. Leurs débouchés historiques se ferment, ils ont trop de lait et leurs stocks se sont étoffés en poudres, fromages et même en beurre. Ils se reporteront sur d'autres marchés ; c'est un risque d'alourdissement du marché mondial, détaillait Gérard Calbrix, économiste à Atla, en juillet dernier. Et l'Inde annonce avoir de gros stocks de poudres de lait, et veut en exporter environ 70 000 tonnes d'ici la fin de l'année". D'un autre côté, en réhaussant ses droits de douane de 25% sur les poudres de lait et le beurre, la Chine peut constituer une opportunité pour les Européens et la France.

Les cours du beurre devraient remonter

Côté beurre, avec toujours de faibles disponiblités sur les marchés, les cours devraient remonter d'ici la fin de l'année. Il y a eu une baisse des cours entre juin et août, liée à "un jeu spéculatif des traders qui ont fait baisser le prix sur l'été (5300 €/t début août, ce qui reste élevé) pour revendre à meilleur prix cet automne", détaille Gérard Calbrix. Il y a de nouveaux intervenants attirés par la très bonne valorisation du beurre. "Ce sont des volumes faibles, mais qui contribuent à détendre les prix, commente Gérard You, économiste à l'Institut de l'élevage. Par exemple, l'Ukraine et l'Inde ont respectivement multiplié par 4 et par 2 leurs exportations au premier trimestre."

Au jour où nous mettions sous presse (17 août), il était trop tôt pour évaluer l'impact qu'aura l'été chaud et sec sur la production laitière européenne, l'état du cheptel et les stocks fourragers de cet hiver. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière