Aller au contenu principal

Marchés du lait : 3 bonnes nouvelles, mais...

© Idele

Les marchés laitiers apportent quelques bonnes nouvelles en ce début d'année 2019, selon Stefan Nether, d'ODA Groupe(1), qui intervenait lors d'une journée organisée par les jeunes installés en lait et adhérents Triskalia. " La première bonne nouvelle est que les perspectives à long terme restent favorables, avec une croissance démographique partout dans le monde. La plus forte sera en Afrique, et cette zone restera déficitaire en lait, même s'ils développent leur production. Le lait est une protéine animale stockable, la moins chère. Et il y a un potentiel de hausse de leur consommation de protéines laitières. "

La deuxième bonne nouvelle est que les stocks publics de poudre de lait écrémé européens ne pèseront plus sur les cours. D'autre part, " on commence à manquer de lait en Europe, et de beurre. L'Allemagne a cherché à maximiser sa production laitière fin 2018 ; ils n'ont pas économisé leurs stocks fourragers pour l'étaler sur l'hiver. On peut s'attendre à la poursuite de la baisse de la collecte allemande (-2,2 % fin décembre 2018 par rapport à la même période en 2017). " 

La troisième bonne nouvelle est que " la filière laitière dispose d'un outil pour gérer les risques : le marché à terme, qui commence à bien fonctionner en Allemagne. Les éleveurs ne peuvent y aller seuls. Les expériences en Europe se multiplient, où les coopératives ou sociétés privées jouent les intermédiaires entre les éleveurs et le marché "

Mais le marché restera volatile, prévient Stefan Nether. Et il n'y aura pas d'achat à l'intervention en 2019 pour stocker des poudres.

(1) Offre et demande agricole (ODA) est une société de conseil et de formations aux marchés agricoles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière