Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Triballat Rians augmente le paiement à la matière grasse

Au-delà de 41 g/l, le point de matière grasse est revalorisé à 5 €/g depuis le le 1<sup>er</sup> avril 2018<sup>(1)</sup>.

Jusqu’à 41 g/l de matière grasse, la grille Grand Est prévoit 2,6 €/g et la grille Centre 3,1 €/g. L’accord conclu entre le Triballat Rians et 2 organisations de producteurs (UPLV dans les Vosges et APLBC en région Centre) revalorise le point de MG au-delà de 41 g, à 5 €/g.

Le transformateur a besoin de matière grasse (hors activités AOP époisses et langres) mais pas de plus de lait. La forte demande mondiale en matière grasse laitière semble durable. L'objectif est donc d'inciter les éleveurs hors AOP à produire un lait plus riche en MG. "Pour ne plus dépendre d’achats extérieurs, il nous faudrait collecter du lait à plus de 50 g/l de TB", indique Dominique Verneau, directeur amont.

Des simulations technico-économiques sur dix élevages

Pour que industriels et éleveurs soient gagnants, T. Rians et les deux OP ont fait appel à l’Institut de l’élevage et deux chambres d’agriculture (Allier et Cher) pour évaluer les leviers techniques. Des simulations technico-économiques ont été réalisées sur 10 exploitations volontaires. "Le 1er levier est d'éliminer les pratiques qui détériorent le TB : résoudre les problèmes de sub-acidose et maximiser la rumination. On peut faire gagner 1 à 2 points de TB à tous les éleveurs avec un impact positif sur les résultats technico économiques. La 2e chose simple à réaliser est d’améliorer le taux par la sélection génétique. L'incorporation de betterave fourragère est efficace mais saisonnière. Enfin, des éleveurs commencent à tester le croisement trois voies, le troupeau multi-races, le changement de race. Certaines simulations montrent des évolutions notables en terme de richesse du lait et de revenu, mais sans compter l'impact travail. Ces pistes restent à bien évaluer au cas par cas", détaille Laurent Forray, en charge de l'étude chez T. Rians. D'autres pistes n'ont pas encore été testées (sorgho BMR, autre race que la jersiaise...).

(1) T. Rians fabrique des fromages frais, deux AOP époisses et langres, de l’ultra frais, des desserts frais
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Une charte pour installer de nouveaux coopérateurs
Son objectif : mieux accueillir les jeunes qui font le choix d’entrer dans une coopérative laitière.
Vignette
Aux États-Unis, des conditions moins stimulantes pour la production laitière

La marge sur coût alimentaire en 2018 a été une des plus basses depuis 2013 aux États-Unis…

Vignette
L’attractivité de la filière laitière au cœur des journées des coopératives laitières
Lors d’une conférence de presse organisée le 18 avril à l’occasion de leurs journées 2019, les coopératives laitières se sont…
Vignette
Projet de fermeture de la frontière avec le Mexique : les inquiétudes des coopératives laitières

 

Le projet de fermeture de la frontière américano-mexicaine de Donald Trump et son…

Vignette
Biolait régule les volumes pour limiter ses excédents de printemps
Le premier collecteur de lait bio français (1) veut limiter ses excédents de printemps sans pénaliser la…
Vignette
Isigny Ste-Mère lance la construction de sa sixième tour de séchage
Pour accompagner la montée en puissance de ses productions de poudres de lait infantile, la coopérative normande vient d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière