Aller au contenu principal

Travailler plus sereinement grâce à Déclic travail

Cette nouvelle application web propose des pistes de solutions concrètes et ciblées pour améliorer vos conditions de travail.

© Idele

La problématique travail est une préoccupation majeure dans le monde de l’élevage. Face à ce constat, l’Institut de l’élevage et ses partenaires(1) ont développé l’application Déclic travail (declictravail.fr). L’objectif de cet outil est de proposer aux éleveurs des solutions adaptées au contexte de leur élevage.

La première étape consiste à réaliser un autodiagnostic travail assez rapide. « On demande quelques éléments de contexte de l’exploitation pour cibler les questions propres à l’élevage afin d’extraire les préoccupations dominantes de l’éleveur et pouvoir lui proposer en retour des pistes de solutions ciblées », a expliqué Gilles Saget, de l’Institut de l’élevage, le 1er septembre lors du lancement de l’application.

Un autodiagnostic rapide pour planter le décor

Après une brève description de l’exploitation, les questions portent sur trois problématiques : la gestion des ressources humaines, l’organisation du travail et les conditions de travail. Elles concernent notamment les ressentis : entente avec les autres personnes, communication, charge de travail, problème d’organisation…

L’enquête préliminaire fait également un zoom sur certaines tâches susceptibles de poser problèmes (traite, alimentation des animaux, gestion de l’administratif…). Il suffit de répondre oui ou non à chaque question et de confirmer en cochant une case que vous voulez améliorer en priorité ce point. Confidentialité oblige, les éléments que vous saisissez pour réaliser l’autodiagnostic ne sont pas sauvegardés.

Des solutions à valoriser seul ou avec un conseiller

Une fois cette étape passée, Déclic travail propose des solutions sous forme de fiches, d’astuces (80 trucs et astuces déjà référencés pour les cinq filières de ruminants), de témoignages d’éleveurs et de vidéos conçues pour vous faciliter la vie. Par ailleurs, Déclic travail fournit les coordonnées de conseillers de proximité susceptibles de vous accompagner dans votre démarche. « Pour un conseiller, aborder la question du travail avec un agriculteur n’est pas toujours évident. Le sujet est vaste et propre à chaque exploitation. L’outil peut être facilement utilisé par le conseiller pour amorcer la discussion et identifier une première problématique qui pourra ensuite être creusée avec l’agriculteur », a expliqué Marie-Laurent Dubreuil, de la chambre d’agriculture de Normandie. « Il peut être utilisé à la fois en individuel ou en collectif lors de formations, avec l’intérêt dans ce cas de pouvoir confronter les réponses et de partager sur des solutions déjà mises en place. » Autre intérêt pour le conseiller, Déclic travail centralise des fiches solutions qui étaient jusqu’ici dispatchées sur plusieurs sites.

(1) La CNE, les chambres d’agriculture, le Cniel, Anicap et le centre wallon de recherches agronomiques.

Les outils mis à votre disposition

Pour les cinq filières ruminants concernées, Déclic travail propose :

. plus de soixante fiches pistes de solutions organisées en six thèmes : organisation et simplification du système, aménagement des bâtiments, matériel, main-d’œuvre, travail administratif, transformation et commercialisation ;

. 80 trucs et astuces ;

. 100 conseillers répertoriés.

Le saviez-vous ?

L’application est gratuite et ouverte à tous (agriculteurs, conseillers, enseignants…). Elle est accessible sur ordinateur, tablette et smartphone. Elle concerne actuellement cinq filières de ruminants : bovins lait et viande, ovins lait et viande, et caprins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière