Aller au contenu principal
Font Size

Sodiaal va se lancer sur le marché à terme

La coopérative proposera au printemps à ses adhérents un contrat pour sécuriser leur volume B.

logo Sodiaal
© Sodiaal

Apporter une solution pour gérer la volatilité du prix B: c’est l’objectif de Sodiaal en allant sur le marché à terme. Un contrat « pilote » sera lancé d’ici la fin du premier trimestre 2020 auprès d’une partie significative des producteurs (300 à 500) sur la base du volontariat. Il permettra d’éprouver le dispositif avant de l’élargir après d’éventuels ajustements. Des offres de prix seront faites aux coopérateurs, en milieu de mois, sur les 12 mois à venir. « Le producteur dira, pour chaque mois, le volume maximum qu’il souhaite fixer à ce niveau de prix», explique Béranger Guyonnet, chargé de mission chez Sodiaal.

Les propositions de volume seront plafonnées au volume B moins une franchise de l’ordre de 10-20% (pour éviter de devoir honorer le contrat avec du volume A si un aléa climatique ou autre amène à produire moins que prévu). La coopérative se donnera 48 heures pour sécuriser les offres sur le marché à terme. « Nous avons déjà un compte d’accès au marché EEX, et nous travaillerons avec des courtiers, » précise-t-il. En fonction des contrats qu’elle aura réussi à obtenir pour garantir ce prix, elle validera tout ou partie des propositions de volume. Un droit d’entrée unique de 150 € sera demandé pour ce nouveau service.

Donner de la visibilité et lisser la volatilité

 L’objectif principal est de lisser le prix B. Ce prix est indexé sur le beurre-poudre qui peut varier du simple au double (de moins de 200 à plus de 400 € ces dernières années). « En fixant le prix à 315 €, on passe peut-être à côté d’une opportunité si le prix de marché monte à 325 €. Mais à l’inverse, on peut aussi éviter de perdre s’il descend à 305 €. Sur le long terme, quand on calcule les moyennes, on obtient un prix équivalent pour le prix de marché et le prix à terme. »

L’intérêt aussi, pour le producteur, sera de connaître à l’avance le prix auquel il sera payé sur les 12 mois à venir. « Il pourra piloter l’exploitation en fonction de ce prix. S’il cumule un achat de soja à six mois, en fixant le prix du lait, il pourra fixer la marge alimentaire, avance  Béranger Guyonnet. On apporte de la visibilité.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière