Aller au contenu principal

Sodiaal va se lancer sur le marché à terme

La coopérative proposera au printemps à ses adhérents un contrat pour sécuriser leur volume B.

logo Sodiaal
© Sodiaal

Apporter une solution pour gérer la volatilité du prix B: c’est l’objectif de Sodiaal en allant sur le marché à terme. Un contrat « pilote » sera lancé d’ici la fin du premier trimestre 2020 auprès d’une partie significative des producteurs (300 à 500) sur la base du volontariat. Il permettra d’éprouver le dispositif avant de l’élargir après d’éventuels ajustements. Des offres de prix seront faites aux coopérateurs, en milieu de mois, sur les 12 mois à venir. « Le producteur dira, pour chaque mois, le volume maximum qu’il souhaite fixer à ce niveau de prix», explique Béranger Guyonnet, chargé de mission chez Sodiaal.

Les propositions de volume seront plafonnées au volume B moins une franchise de l’ordre de 10-20% (pour éviter de devoir honorer le contrat avec du volume A si un aléa climatique ou autre amène à produire moins que prévu). La coopérative se donnera 48 heures pour sécuriser les offres sur le marché à terme. « Nous avons déjà un compte d’accès au marché EEX, et nous travaillerons avec des courtiers, » précise-t-il. En fonction des contrats qu’elle aura réussi à obtenir pour garantir ce prix, elle validera tout ou partie des propositions de volume. Un droit d’entrée unique de 150 € sera demandé pour ce nouveau service.

Donner de la visibilité et lisser la volatilité

 L’objectif principal est de lisser le prix B. Ce prix est indexé sur le beurre-poudre qui peut varier du simple au double (de moins de 200 à plus de 400 € ces dernières années). « En fixant le prix à 315 €, on passe peut-être à côté d’une opportunité si le prix de marché monte à 325 €. Mais à l’inverse, on peut aussi éviter de perdre s’il descend à 305 €. Sur le long terme, quand on calcule les moyennes, on obtient un prix équivalent pour le prix de marché et le prix à terme. »

L’intérêt aussi, pour le producteur, sera de connaître à l’avance le prix auquel il sera payé sur les 12 mois à venir. « Il pourra piloter l’exploitation en fonction de ce prix. S’il cumule un achat de soja à six mois, en fixant le prix du lait, il pourra fixer la marge alimentaire, avance  Béranger Guyonnet. On apporte de la visibilité.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière