Aller au contenu principal
Font Size

S’INSTALLER : UN DÉFI À RELEVER

Le manque de visibilité sur les marchés ne freine pas encore les jeunes à s’installer en lait. Par contre, le capital à investir devient un vrai obstacle. Plus que jamais, il ne faut pas perdre de vue la rentabilité économique.

L’INSTALLATION D’UN JEUNE
DÉPEND SOUVENT DE LA VOLONTÉ
DU CÉDANT DE TRANSMETTRE
SON EXPLOITATION.
L’INSTALLATION D’UN JEUNE
DÉPEND SOUVENT DE LA VOLONTÉ
DU CÉDANT DE TRANSMETTRE
SON EXPLOITATION.
© B. Griffoul

Fin programmée des quotas, interrogations sur l’avenir des DPU, volatilité du prix du lait, hausse des charges… Le contexte actuel n’a pas de quoi rassurer les jeunes pour s’installer en production laitière. Pourtant, pour l’heure, les installations restent dynamiques dans l’Arc laitier s’étirant du Grand Ouest à l’Est en passant par le Nord. Le lait reste porteur et continue d’attirer des candidats.

La politique d’incitation à l’installation et les règles de prélèvements et d’attributions laitières ne sont sans doute pas étrangères à ce constat. Mais cela ne suffit pas toujours. Certaines régions rencontrent en effet plus de difficultés à installer des jeunes en production laitière. Les zones intermédiaires, comme le Centre ou Poitou-Charentes par exemple, souffrent parfois d’une pénurie de candidat — malgré des volumes d’attributions attractifs —, faute d’ambiance laitière suffisante, et d’une concurrence forte avec les céréales. Plus que les incertitudes liées à l’avenir, le principal frein à l’installation provient aujourd’hui du coût des reprises.

Entre l’explosion du prix du foncier et le niveau des investissements de mises aux normes, les projets apparaissent de plus en plus lourds financièrement. Il n’est pas rare de multiplier des études à partir de projets différents avant que l’installation se révèle possible, soulèvent les conseillers. Alors qu’auparavant, la première exploitation que trouvait un jeune était généralement la bonne. Il y avait plus d’offres et les prix affichés se montraient plus raisonnables.

Le coût des reprises se montre parfois déconnecté de la rentabilité que le jeune est en droit d’attendre de la structure dans les années à venir. Mais étant donné le nombre de repreneurs potentiels, le jeune dispose généralement de peu de marge de négociation. Pourtant, avec deux cédants pour un repreneur, les candidats à l’installation devraient se trouver en position de force… Or, dans la pratique, la course à l’agrandissement concurrence de plus en plus de projets.

Les installations viennent d’ailleurs souvent conforter des structures déjà en place, et la part d’installations individuelles diminue de plus en plus. Pour des jeunes motivés par le lait, l’une des solutions n’estelle pas d’aller tenter sa chance ailleurs, dans une région où le lait apparaît moins prisé ? Alexis et Delphine Descamps en ont fait l’expérience avec succès (voir page 44). Originaires du Nord, ils ont quitté leur département pour s’installer en région Centre pour pouvoir tirer un revenu de leur métier.

Nouveauté en 2009, le parcours standard, jusque-là obligatoire pour tous les jeunes souhaitant s’installer avec les aides de l’Etat, va laisser place à un nouveau dispositif, plus personnalisé. Notamment en prenant en compte les compétences et les besoins du candidat en fonction de son expérience et du type de projet. Par ailleurs, tout porteur de projet — susceptible ou non de percevoir les aides de l’Etat — pourra désormais bénéficier d’un accompagnement à l’installation. Et les conditions d’accès aux aides seront plus ouvertes. ■

Page 28 : Le lait est toujours attractif pour les jeunes

Page 32 : À partir de 2009 : Un parcours à l’installation personnalisé 

Page 36 : Quelle rentabilité économique ? 

Page 44 : Trois jeunes témoignent

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière