Aller au contenu principal

S’INSTALLER : UN DÉFI À RELEVER

Le manque de visibilité sur les marchés ne freine pas encore les jeunes à s’installer en lait. Par contre, le capital à investir devient un vrai obstacle. Plus que jamais, il ne faut pas perdre de vue la rentabilité économique.

L’INSTALLATION D’UN JEUNE
DÉPEND SOUVENT DE LA VOLONTÉ
DU CÉDANT DE TRANSMETTRE
SON EXPLOITATION.
L’INSTALLATION D’UN JEUNE
DÉPEND SOUVENT DE LA VOLONTÉ
DU CÉDANT DE TRANSMETTRE
SON EXPLOITATION.
© B. Griffoul

Fin programmée des quotas, interrogations sur l’avenir des DPU, volatilité du prix du lait, hausse des charges… Le contexte actuel n’a pas de quoi rassurer les jeunes pour s’installer en production laitière. Pourtant, pour l’heure, les installations restent dynamiques dans l’Arc laitier s’étirant du Grand Ouest à l’Est en passant par le Nord. Le lait reste porteur et continue d’attirer des candidats.

La politique d’incitation à l’installation et les règles de prélèvements et d’attributions laitières ne sont sans doute pas étrangères à ce constat. Mais cela ne suffit pas toujours. Certaines régions rencontrent en effet plus de difficultés à installer des jeunes en production laitière. Les zones intermédiaires, comme le Centre ou Poitou-Charentes par exemple, souffrent parfois d’une pénurie de candidat — malgré des volumes d’attributions attractifs —, faute d’ambiance laitière suffisante, et d’une concurrence forte avec les céréales. Plus que les incertitudes liées à l’avenir, le principal frein à l’installation provient aujourd’hui du coût des reprises.

Entre l’explosion du prix du foncier et le niveau des investissements de mises aux normes, les projets apparaissent de plus en plus lourds financièrement. Il n’est pas rare de multiplier des études à partir de projets différents avant que l’installation se révèle possible, soulèvent les conseillers. Alors qu’auparavant, la première exploitation que trouvait un jeune était généralement la bonne. Il y avait plus d’offres et les prix affichés se montraient plus raisonnables.

Le coût des reprises se montre parfois déconnecté de la rentabilité que le jeune est en droit d’attendre de la structure dans les années à venir. Mais étant donné le nombre de repreneurs potentiels, le jeune dispose généralement de peu de marge de négociation. Pourtant, avec deux cédants pour un repreneur, les candidats à l’installation devraient se trouver en position de force… Or, dans la pratique, la course à l’agrandissement concurrence de plus en plus de projets.

Les installations viennent d’ailleurs souvent conforter des structures déjà en place, et la part d’installations individuelles diminue de plus en plus. Pour des jeunes motivés par le lait, l’une des solutions n’estelle pas d’aller tenter sa chance ailleurs, dans une région où le lait apparaît moins prisé ? Alexis et Delphine Descamps en ont fait l’expérience avec succès (voir page 44). Originaires du Nord, ils ont quitté leur département pour s’installer en région Centre pour pouvoir tirer un revenu de leur métier.

Nouveauté en 2009, le parcours standard, jusque-là obligatoire pour tous les jeunes souhaitant s’installer avec les aides de l’Etat, va laisser place à un nouveau dispositif, plus personnalisé. Notamment en prenant en compte les compétences et les besoins du candidat en fonction de son expérience et du type de projet. Par ailleurs, tout porteur de projet — susceptible ou non de percevoir les aides de l’Etat — pourra désormais bénéficier d’un accompagnement à l’installation. Et les conditions d’accès aux aides seront plus ouvertes. ■

Page 28 : Le lait est toujours attractif pour les jeunes

Page 32 : À partir de 2009 : Un parcours à l’installation personnalisé 

Page 36 : Quelle rentabilité économique ? 

Page 44 : Trois jeunes témoignent

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au 1er avril
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière