Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Se spécialiser ou se diversifier ?

Avoir plusieurs ateliers permet de limiter l’impact de la volatilité des prix. Se concentrer sur la production laitière a d’autres atouts. Un choix stratégique à réfléchir dans sa globalité.

La France se distingue par la diversité de ses exploitations laitières et de ses systèmes de production. À l’instar des élevages spécialisés des Pays-Bas, certains éleveurs ont fait le choix de se concentrer sur une seule production, comme l’EARL de Courtais en Loire-Atlantique, pour favoriser une meilleure productivité et organisation du travail. Celles-ci vont au bout de leur logique et n’hésitent pas à déléguer les travaux des champs.

D’autres exploitations présentent un système plus diversifié basé sur la polyculture-élevage. C’est une spécificité française. L’Institut de l’élevage avait pointé il y a quelques années les avantages que présentaient ce type de système notamment d’un point de vue économique. Même si la complémentarité entre productions, qui constitue pourtant un atout de taille, n’est pas forcément exploitée à sa juste mesure. L’un des principaux atouts de ces systèmes mixtes repose sur leur capacité à mieux résister aux aléas économiques. Développer les cultures en parallèle de l’élevage les rend plus autonomes et réduit leur sensibilité face à la volatilité des prix. Ces exploitations présentent aussi des avantages sur le plan environnemental (meilleure valorisation des effluents, réduction de l’usage aux phytos, diversité de cultures…)

La diversification revêt aussi d’autres visages : ateliers hors-sol, ovin, transformation fermière, méthanisation, agrotourisme… Dans ce dossier, plusieurs reportages témoignent des avantages et inconvénients que présente une activité complémentaire. Celle-ci permet de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et parfois aussi de mieux valoriser des moyens de production. Au-delà des aspects économiques, l’envie de se lancer dans un nouveau challenge, d’apprendre autre chose apparaît l’un des moteurs essentiels. Le tout est de ne pas se lancer dans la diversification pour de mauvaises raisons. Elle peut s’avérer une bonne solution seulement si initialement les performances sur l’atelier lait sont bonnes et si les conditions de réussite sont réunies. La première concerne l’investissement et l’estimation du montant du projet et du niveau d’aides. Les dépassements de budget risquent de peser sur la rentabilité. Il ne faut pas sous-estimer non plus le fait que l’activité monte en puissance crescendo. La phase de transition nécessite une avance de trésorerie non négligeable. Enfin, le facteur surcroît de travail apparaît essentiel pour éviter de s’éparpiller et voir ses résultats baisser.

Se poser les bonnes questions
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Les équarrisseurs, acteurs de l’économie circulaire
Les animaux trouvés morts et les déchets animaux sont valorisés en farine, utilisée comme fertilisant organique ou combustible…
Vignette
Ondes électromagnétiques : des éleveurs engagent des procédures judiciaires
Les éleveurs de l’association Anast (Animaux sous tension) vont engager des procédures judiciaires pour faire reconnaître d’…
Vignette
Traite des vaches et alimentation : « les robots ont un rôle majeur dans notre organisation »
Au Gaec de la Basfeuille, dans la Manche, les associés ont acheté trois robots de traite et un robot d’alimentation pour produire…
Vignette
Un nouveau concept pour rafraîchir les vaches
Un système « intelligent » de pulvérisation permet de faire supporter aux vaches les périodes de forte chaleur.
Vignette
« Nos cédants voulaient transmettre à des jeunes »
Dans la Manche, François et Pierre Bienvenu ont repris deux exploitations en janvier 2019. Les deux frères ont réalisé leur rêve…
Globalement, la collecte des grands exportateurs reste peu dynamique.    © J. Chabanne
La cotation de la poudre de lait poursuit sa montée

Après un mois d'octobre relativement stable autour de 2 350 €/t, la cotation française de la poudre de lait écrémé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière