Aller au contenu principal

« Sans hausse significative de la part des distributeurs, nous ne pouvons revaloriser le prix du lait », regrette la Coopération laitière

Pascal Le Brun, président de la Coopération laitière, livre son point de vue sur les actualités du moment. Au programme : compétitivité, prix du lait et Sodiaal.

Pascal Le Brun (Eurial) a pris la suite de Damien Lacombe (Sodiaal) à la présidence de la Coopération laitière.
Pascal Le Brun (Eurial) a pris la suite de Damien Lacombe (Sodiaal) à la présidence de la Coopération laitière.
© Coopération laitière

Quels sont actuellement les chantiers prioritaires de la coopération laitière ?

Pascal Le Brun - « Il y a trois sujets. Tout d’abord l’attractivité et le renouvellement des générations, que cela soit au sein de nos exploitations comme dans nos usines. 15 % des emplois ne sont pas pourvus dans les secteurs de la collecte et de la transformation. Il y a également l’accompagnement aux transitions, notamment dans le cadre des objectifs du plan de filière. Et enfin la compétitivité. »

Comment rendre la filière laitière plus compétitive ?

P. L.B. - « Des restructurations sont nécessaires. Les coopératives doivent également investir pour se moderniser, diminuer leurs consommations d’énergie, d’eau mais aussi dans la robotisation pour faire face au manque de main-d’œuvre. »

La compétitivité de certaines coopératives est remise en cause. C’est notamment le cas de la plus importante, Sodiaal. Comment l’expliquez-vous ?

P. L.B. - « Il faut bien comprendre qu’une coopérative n’est pas une entreprise privée. Nous nous engageons à collecter tous nos adhérents où qu’ils soient, y compris dans des territoires à faible densité laitière où des laiteries privées se sont retirées. Intrinsèquement, les coûts sont plus importants. De plus, les coopératives et notamment Sodiaal, sont plus tournées vers les marques de distributeurs qui ne sont pas intégrées dans la loi Egalim et où les conditions de revalorisation sont plus difficiles encore. Il y a vingt ans, beaucoup de monde pensait pourtant que cela était la bonne stratégie plutôt que d’investir dans des marques. Le prix du lait est la résultante de l’histoire, du mix produits et des investissements indispensables en cours. Une coopérative ne peut pas donner ce qu’elle n’a pas. »

Comment expliquer le manque de valorisation du lait face à nos voisins européens ?

P. L.B. - « Plusieurs facteurs expliquent la situation. Tout d’abord, la stratégie de montée en gamme française (sans pâturage, non-OGM, bio…) a engendré des surcoûts de collecte et de transformation en nécessitant des camions et des lignes dédiées. À l’inverse, nos concurrents européens ont eu une stratégie de massification d’une production standardisée basique. Si les consommateurs sont prêts à payer, cela n’est pas un problème mais aujourd’hui avec l’inflation, les consommateurs sont moins demandeurs. Puis il y a bien entendu, la guerre des prix de la grande distribution. Il nous faut passer au minimum 15 % de hausses lors de ce round des négociations commerciales. Pour l’instant, nous n’avons obtenu que la moitié de ce que nous demandions. Nous sommes pris à la gorge. »

Les enseignes jouent-elles le jeu de la loi Egalim en acceptant la hausse du coût des matières premières agricoles (MPA) ?

P. L.B. - « Oui, la grande distribution prend en compte la MPA mais pas les MPI (matière première industrielle). Or les emballages ont augmenté de 25 % depuis le début de l’année, l’énergie de 50 %, la main-d’œuvre de 3 %. Notre premier enjeu en tant que coopérative est de valoriser le lait de nos adhérents. Mais sans hausse significative de la part des distributeurs, nous ne pouvons le revaloriser à un niveau suffisant au regard des charges qui explosent dans les élevages. Nous devons assurer la pérennité des coopératives qui sont nos outils de transformation. Dans le contexte actuel, nous faisons tout le nécessaire pour maintenir les comptes à l’équilibre. »

Chiffres clés

Les coopératives collectent 55 % du lait français et en transforment 45 % pour un chiffre d’affaires de 12,6 milliards d’euros.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière