Aller au contenu principal

Salon de l’agriculture : prix du lait et Pac au cœur des préoccupations de la FNPL

Deux gros points de vigilance ont été mis en avant pour 2020 par la FNPL lors d’une conférence de presse au salon de l’agriculture le 25 février. Le premier est la nécessaire structuration  du prix du lait, avec la prise en compte du prix de revient dans les formules de prix. Le second est la future Pac qui doit donner des signes en faveur de l’élevage. 

Effet des EGA et de la loi Egalim : 

"Les annonces de certains industriels et distributeurs montrent que les EGA ont plutôt un impact positif sur les négociations commerciales 2020 », a commenté Thierry Roquefeuil, président de la FNPL en conférence de presse. La plus large prise en compte des marques de distributeurs va dans le bon sens. En 2019, l’impact EGA avait été estimé par le syndicat à 20€/1000 l sur le marché intérieur (environ 50% des volumes), soit 10€/1000 l sur la totalité du lait français. Au-delà des négociations  commerciales, il y a un vrai chantier à mener autour de la structuration du prix du lait en 2020 : « les industriels privés et les coopératives doivent prendre en compte le prix de revient dans les formules de prix  si l’on veut que les EGA servent d’amortisseurs lors de la prochaine crise,» insiste Michel Lacoste secrétaire général adjoint de la FNPL. Le syndicat regrette que le président de la République, lors de sa visite du Salon de l’Agriculture, ne soit pas passé sur le stand de l’interprofession laitière France Terre de Lait. Car pour Thierry Roquefeuil, « derrière les EGA , il faut une logique européenne, et elle doit être  soutenue par les publics français ».

Négociations de la future Pac :

« La convergence des aides de la Pac tire les aides des producteurs de lait vers le bas. Si nous voulons garder de l’élevage sur les exploitations, notamment dans les territoires difficiles, il faut que la future Pac donne des signes en faveur de l’élevage », plaide-t-il. Pour la FNPL, orienter en France une partie des aides à l’actif ne pourra être la solution : « cela obligerait au préalable à faire adopter cette mesure au niveau européen, ce qui réduirait drastiquement le niveau des aides attribuées à la France  compte-tenu du nombre d’actifs important dans les pays de l’Est ».

Le syndicat regarde plutôt du côté du green deal. Il reste à trouver le moyen de valoriser au niveau de la future Pac la dynamique autour de l’environnement, du bien-être animal… engagée dans les élevages. « Tout le travail que nous avons fait sur les exploitations et les engagements pris au niveau de France terre de Lait doivent  nous servir dans le cadre du green deal et face aux attaques sur la nouvelle Pac », a-t-il souligné.  « Le consommateur a besoin de savoir comment on travaille ». C’est le sens du socle France Terre de lait qui s’applique à tout le lait français, et dans lequel un certain nombre d’engagements ont été pris notamment par rapport à l’environnement et au bien-être animal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière