Aller au contenu principal

[Salon de l'agriculture] Du lait valorisé 55 c/l avec les yaourteries «Né d’une seule ferme»

Une activité de diversifications sans risque et rémunératrice : c’est ce que revendique le projet Né d’une seule ferme lancé en partenariat avec Intermarché le 25 février dernier au salon de l’agriculture. Le lancement en magasins est prévu début juillet.

© A. Conté

L’idée est innovante : fournir aux éleveurs un système clé en main pour transformer une partie du lait en yaourts sans prendre de risque et se mettre un boulet au pied. Le concept repose sur la location d’une mini yaourterie contenue dans un container. Mis à part la fabrication des yaourts, l’entreprise « né d’une seule ferme » s’occupe de tout : des démarches en amont (administratives, financement, conception de la yaourterie, plan de maîtrise sanitaire…), de la formation , de la commercialisation et même de la logistique pour acheminer les yaourts dans les magasins Intermarché autour de l’exploitation. Un partenariat à l’échelle nationale a été conclu avec l’enseigne. « Les producteurs auront à leur disposition l’ensemble des1850 magasins, un tous les 17 km, pour écouler les yaourts produits à la ferme », a annoncé Thierry Cotillard, président de l’enseigne au salon de l’agriculture. L’accord prévoit une exclusivité sur trois ans au niveau distribution; elle ne concerne pas la restauration hors foyer.

Une mini yaourterie louée 1200€ par mois

Bonnard
Thierry Cotillard, président d'Intermarché et André bonnard, président de la SAS Né d'une seule ferme le 24 février au salon de l'agriculture

« Nous sommes facilitateur à la fois pour le producteur et pour le distributeur », explique André Bonnard, éleveur dans la Loire et président de la SAS, à l’origine du projet avec Maximilien Rouer (l’un des fondateurs de ferme France). Certains pourraient voir dans ce concept novateur une forme d’intégration. « Non, c’est un nouveau mode de financement de l’agriculture. Il répond aux attentes de la nouvelle génération, qui a envie de faire des expériences, et non de s’engager pour 40 ans », répond-il.

La yaourterie est calibrée pour transformer 50 000 litres de lait par an en 400 000 pots de yaourts. Côté temps de travail, elle nécessite 0,8 équivalent temps plein. « Le prix consommateur fixé par Intermarché se situe entre 45 à 50 centimes le pot. Si on enlève tous les frais de rémunération du yaourtier (en le payant 1,4 SMIC) et la location , il reste au producteur 55 centimes/litre de lait. Autrement dit, la yaourterie est à l’équilibre avec un lait vendu à la yaourterie 55 c/l », promet André Bonnard.  60% de la valeur TTC revient au producteur, 22% à Intermarché et 11,5% à « Né d’une seule ferme », le restant étant les taxes.

Des yaourts tracés vendus à côté de la ferme

 

Le prix de la location de la yaourterie s’élève à 1200 € par mois. L’éleveur peut arrêter la location à tout moment. Les frais d'installation sont pris en charge par la SAS, avec un plafond à 10 000 € amortis sur cinq ans. "Si le producteur part avant cinq ans, il rembourse la part des frais d'installation non amortie". Les frais d’installation sont limités, grâce au système de container qu’il suffit de déposer sur quatre plots de béton. « Il faut juste prévoir le raccordement au tank à lait et à la fosse pour les eaux usées », précise-t-il.

La formule garantit un produit local avec une recette sans additif sans poudre de lait, juste du lait entier et des ferments lactiques pour les yaourts nature, et de la confiture ou des arômes naturels pour les yaourts aux fruits ou aromatisés. « La  pasteurisation se fait au bain marie ce qui permet de protéger la matière grasse et protéines », souligne André Bonnard. Le lancement en magasins est prévu début juillet.

Un QR code sur l’opercule permettra de faire le lien vers la page de présentation de la ferme dont chaque pot est issu. Sur cette page l’éleveur expliquera ses pratiques et son territoire ."Il est plus facile d’assurer la traçabilité d’un yaourt issue du lait d’une seule ferme que celle d’un pot industriel qui provient du lait de 30 à 70 fermes", souligne Maximilien Rouer. .

Les visiteurs du salon de l’agriculture ont pu goûter les premières fabrications issues d’un prototype. L’entreprise  lancera prochainement la fabrication de 6 yaourteries; elle vise d'ici la fin de l'année la mise en place de 50 yaourteries, six par mois, de façon à couvrir le territoire. « Notre ambition est d’atteindre 5% de parts de marché ce qui correspond à 2000 fermes équipées », annonce André Bonnard. .

Contact : www.neduneseuleferme.fr

A voir aussi : Deux lancements de glace bio à la ferme

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière