Aller au contenu principal
Font Size

Réduisez-vous la production laitière sur votre élevage ?

Alors que la filière incite les éleveurs laitiers à limiter la production et que plusieurs laiteries demandent à leurs producteurs de réduire sérieusement la voilure, chacun s’interroge. Selon les situations individuelles et le type de système, cette mesure n’est pas forcément simple à mettre en place.

 

Dominique Hirtzberger, éleveur en Meurthe-et-Moselle

NON

 
Je viens d’investir dans un deuxième robot de traite, je suis en pleine phase d’augmentation de la production, je ne réduirai les volumes que par obligation. Pour l’heure, nous n’avons reçu aucune consigne particulière de notre laiterie. Tant que nous n’avons pas de message clair, nous continuons à produire normalement. Nous livrons à Lactalis par l’intermédiaire d’une petite coopérative locale. Sur la dernière campagne, nous avons livré environ 780 000 litres. L’objectif est de monter à 930 000 litres en deux ans avec 100 vaches traites. L’objectif vient d’être atteint en termes d’effectif. Je n’avais jamais produit autant de lait que le mois dernier. J’ai vingt vaches de plus que l’an dernier à la même période. Même si j’ai opté pour une stalle d’occasion, l’investissement est là et les échéances bancaires tombent… C’est délicat de réduire la production dans ce contexte.

 

Stéphane Gaudicheau, éleveur dans le Morbihan

OUI

Stéphane Gaudicheau
Nous sommes en bio avec une soixantaine de vaches conduites au pâturage quasiment toute l’année. Ce n’est pas facile de freiner les vaches en pleine période de pousse de l’herbe ! Mais on n’a pas le choix. On a déjà vu en 2009 les conséquences d’une surproduction sur le prix du lait… Sodiaal nous demande de faire un effort. On anticipe des tarissements d’un mois, on a réformé 4 ou 5 vaches qu’on hésitait à garder, et à partir de mi-mai, on sait que l’herbe va commencer à devenir plus dure et que la production va diminuer. On table sur une réduction de 5 à 10 % de mai jusqu’à la fin de l’été. On a envie de contribuer à l’effort collectif. Sans quoi, on va droit dans le mur. C’est plus confortable pour nous car nous n’avons pas d’investissement bâtiment ni agrandissement à rembourser. Je comprends que d’autres exploitants aient davantage de pression. C’est à chaque producteur individuellement d’évaluer ses marges de manœuvre pour actionner des leviers qui permettront de maintenir au mieux la marge de son exploitation.

 

 

 

Flavien Froger, éleveur dans la Sarthe

OUI MAIS...

 
J’espère que la solidarité va être de mise entre transformateurs et producteurs, et que les efforts seront bien partagés entre l’amont et l’aval. Je comprends que la situation puisse être difficile en termes de débouchés pour les entreprises, mais il n’y aurait rien de pire que de profiter d’un tel contexte pour baisser les prix à la production par opportunisme. Savencia nous incite à moins livrer ce printemps avec « un malus saisonnalité » de 20 €/1 000 l en avril et mai, puis 10 €/1 000 l en juin. Et mettra en place une incitation financière positive, pondérée des volumes, au second semestre. Mais quel sera le prix de base ? Je reste dubitatif pour l’instant. Espérons que l’on ne va pas encore servir de variable d’ajustement… Sur l’élevage, on a anticipé quelques tarissements et baissé le concentré de production de 1 à 2 kg/VL. Je ne réduirai guère plus. Nous sommes en système intensif avec des hautes productrices. Avant que la production ne diminue significativement, ce sont l’état corporel et la repro qui vont en pâtir. Ces dernières semaines, on est passés de 31 l à 28,5 l/VL en moyenne.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière