Aller au contenu principal

Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires

Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de producteurs Saint-Père cherche à trouver un accord qui permettra de revaloriser le prix du lait avec la laiterie Saint-Père appartenant au groupement Les Mousquetaires.

La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
© Intermarché

L’OP Saint-Père (250 exploitations adhérentes, 181 millions de litres de lait) peine à conclure un accord-cadre avec la Laiterie Saint-Père, qui appartient au groupement Les Mousquetaires (Intermarché). « L’industriel décide seul du prix du lait, qui reste insuffisant par rapport à nos coûts de production et à l’évolution de l’Ipampa », indique Elodie Ricordel, présidente de l'OP. Le prix de base d’août est à 420 €/1000 l, et depuis janvier, le prix de base moyen est de 397 €/1000 l, ce qui en fait un des prix du lait les plus bas par rapport aux autres laiteries.

Une situation inacceptable pour l’OP alors que le 24 août, Intermarché (Les Mousquetaires) écrivait qu’elle avait signé des accords tarifaires à la hausse avec les transformateurs laitiers, et qu’elle avait accepté l’intégralité des hausses de matières premières agricoles (MPA), ainsi qu’une partie des hausses de matières premières industrielles (MPI).

Des demandes de hausses trop timorées ?

Alors l’OP s’interroge : « Si Intermarché a bien accepté l’intégralité des hausses de MPA, cela signifie-t-il que la laiterie n’a pas eu l’ambition d’afficher un prix du lait plus élevé ? » Difficile de savoir. « En tout cas, lors de nos échanges, on nous fait souvent entendre qu’il ne faut pas trop faire évoluer le prix au consommateur, rappelle Elodie Ricordel. Nous en avons plus qu’assez d’être une variable d’ajustement, et de passer toujours en dernier dans la répartition de la valeur ! »

Pas de chèque Merci ! au titre du 1er semestre 2022

Par ailleurs, « nous n’aurons pas de chèque Merci ! sur le 1er semestre 2022 », indique Elodie Ricordel. Le principe est de reverser aux producteurs l’écart qu’il y a entre le prix garanti par la marque (440 €/1000 l) et le prix réel payé avec les primes. « Or aujourd’hui, il n’y a plus d’écart en faveur des producteurs, malgré le passage du prix garanti à 480 € à partir de juillet. En prix réel payé, nous sommes déjà à peu près à ce niveau. Nous espèrons encore que les choses changent pour le second semestre.  »

Trouver d’autres débouchés

Face à ce constat, l’OP ne s’interdit pas de prospecter d’autres débouchés pour le lait de ses adhérents. « Vu l’évolution de la production, il y a sans doute des gens qui cherchent du lait, et comme nos voisins européens payent le lait très cher en ce moment, il y a peut-être des opportunités à aller chercher. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
« Winter is coming » et les laiteries tremblent avant d’avoir froid. En cause : la hausse du prix de l’énergie et son possible…
Sébastien Goutagny, Florent Cellier et Mickaël Rageys. « La méthanisation s’imbrique complètement dans notre système d’élevage. L’unité collective alimente en gaz 2 000 foyers et une station de bioGNV. »
« Sur notre exploitation laitière, c’est toujours l’économique qui guide nos choix »
Le Gaec de l’Envolée, dans le Rhône, a misé dès le début sur une stratégie volume en intégrant les conditions de travail et la…
Lactel affiche un objectif de  -5 % de consommation d'eau en 2025 par rapport à 2019.
L’été compliqué de Lactalis
En France, entre pénurie d’eau, inflation et négociation tendue avec la distribution, le transformateur laitier Lactalis revient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière