Aller au contenu principal

Prix du lait : Bel et l’APBO trouvent un accord pour 2023

Le prix du lait objectif est de 471 € pour 1000 litres pour l’année 2023, en 38-32 avec les primes vaches au pâturage et alimentation sans OGM. Le volume est également rehaussé.

Béatrice de Noray, directrice générale Bel France, et Frédéric Dorilleau, président de l'APBO.
Béatrice de Noray, directrice générale Bel France, et Frédéric Dorilleau, président de l'APBO.
© Bel

La négociation d’automne (1) entre l’organisation de producteurs APBO (Association des producteurs Bel de l’Ouest) et le groupe fromager Bel, a abouti à un accord sur le prix du lait de la fin d’année 2022 et pour 2023. Le volume annuel total que représente l’OP, augmente également de 405 à 415 millions de litres (près de 700 exploitations) à partir de 2023. « Nos marques (Babybel, Kiri, Boursin, Cousteron), et notamment le mini Babybel sont dynamiques, en France et à l’étranger, en distribution et en restauration hors domicile », justifie Béatrice de Noray, directrice générale Bel France.

Dans un premier temps, les deux partenaires se sont mis d’accord sur une réévaluation du prix du quatrième trimestre 2022 qui atteint 491 euros les 1000 litres de prix de base, c’est-à-dire en 38-32 avec les primes alimentation sans OGM et vaches au pâturage (100 % du lait contractualisé). Cela correspond à un prix de base moyen 2022 à 433 euros les 1000 litres, alors que le prix du lait objectif pour 2022 avait été négocié à 377 € en décembre 2021, puis à 413 € en mars 2022.

Clause de révision automatique du prix

Puis, l’APBO et Bel ont négocié pour l’année 2023. Il en ressort un prix du lait de base à 471 €/1000 l, soit environ 496 € pour un lait toutes qualités moyennes comprises. Ce prix objectif pourra être modulé en fonction de l’évolution des charges. « En avril et en octobre, si les seuils que nous avons définis sont dépassés, la clause de révision du prix s’appliquera automatiquement à la hausse ou à la baisse », précise Frédéric Dorilleau, président de l’APBO.

L’accord porte sur tout le volume, qui répond à 100 % aux exigences de la démarche MonBBLait : animaux nourris sans OGM, vaches ayant accès aux prairies. « Il faut aussi suivre le parcours carbone. D’ici la fin de l’année, tous les adhérents auront réalisé un diagnostic environnemental Cap’2ER. Et en 2023, les premières exploitations diagnostiquées arriveront au bout de leur parcours de cinq ans, avec des actions mises en place pour réduire leur empreinte carbone », ajoute Frédéric Dorilleau.

Prix revalorisé en bio

Le bio - 11 exploitations certifiées et 6 en conversion - a aussi son accord. Le prix de base a été réhaussé, pour aboutir à 535 euros les 1000 litres sur le 4e trimestre, soit 506 € en moyenne 2022. Ce qui en fait un des prix les plus élevés en France. Pour 2023, il est prévu à 530 €.

La cagnotte Jeunes est reconduite

Le partenariat comporte également une action en faveur des nouveaux installés. « La cagnotte Jeunes installés, initiée en 2022, est reconduite cette année. Elle implique les consommateurs. Sur chaque achat, une somme alimente une cagnotte. En 2022, nous avons reversé 100 000 euros aux éleveurs installés sur la campagne en cours », résument les deux partenaires.

(1) Deux rendez-vous annuels sont prévus entre APBO et Bel : un au printemps et un à l’automne
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le tournesol se montre moins souple qu’un maïs pour une récolte au stade optimal. Ici, le stade apparaît un peu dépassé. Seuls les deux premiers étages foliaires devraient être sénescents.
L’ensilage de tournesol en élevage laitier, un essai qui reste à transformer
La coopérative Agrial a testé l’ensilage de tournesol aux niveaux agronomique et zootechnique. Le premier bilan conclut à une…
Dans le Grand Ouest, 46 % des exploitations étaient en situation critique en 2021 !
Les trésoreries des exploitations laitières du Grand Ouest sont préoccupantes
L’Observatoire de l’endettement et des trésoreries montre une situation 2021 meilleure que 2020 en moyenne pour les éleveurs…
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Malgré la baisse des cotations laitières, le prix du lait continue de progresser légèrement dans certaines laiteries. Les prix…
La protection des races menacées reste au programme des MAEC pour la PAC 2023-2027, comme la  froment du Léon.
Pac : Ne pas louper les MAEC !
Si vous avez peu d’efforts à fournir pour entrer dans une MAEC, il serait dommage de passer à côté. Les éleveurs bio auront…
Danone propose aux éleveurs des volumes de lait supplémentaires à produire, mais peine à augmenter suffisamment le prix.
En Normandie, Danone revalorise le prix du lait
Face à un prix calculé par la formule contractuelle trop bas par rapport à l’inflation des coûts en élevage, Danone a revalorisé…
Audrey Thonnat et Olympe. « Si une vache accepte que je la touche, quelle que soit la partie du corps, c’est que la confiance est établie. »
« Des vaches dociles, ça change la vie »
Installée en Haute-Loire, Audrey Thonnat a instauré une relation homme-animal qui lui facilite le travail au quotidien. C’est en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière