Aller au contenu principal

Prairie : « Le trèfle violet exploite bien les zones hydromorphes »

En recherche d’autonomie protéique, Gaël et Frédéric Gambade, en Gaec à Saulzais-le-Potier dans le Cher, cultivent 10 à 15 hectares de trèfle violet en pur depuis une douzaine d’années.

Gaël Gambade, en Gaec à Saulzais-le-Potier dans le Cher.
Gaël Gambade, éleveur. « Contrairement à la luzerne, je n’ai jamais raté l’implantation d’un trèfle violet, il est plus agressif au démarrage. »
© L. Gambade

« Le trèfle violet est rustique à l’implantation et valorise nos parcelles hydromorphes, détaille Gaël Gambade, éleveur laitier dans le Cher. Conservé deux ans, il est plus facile à intégrer dans la rotation qu’une luzerne et permet une bonne coupure anti-graminées. Il est aussi plus riche en énergie”

Trop difficile à sécher en foin, il est récolté en enrubannage. Les 100 prim’Holstein et les 80 jeunes bovins à l’engraissement en consomment 3 à 6 kg brut par jour selon les stocks. « C’est un peu de l’épicerie, on affine la ration. » Celle-ci à base d’ensilage de maïs et d’herbe est concentrée avec de la farine de maïs et des céréales aplaties et complémentée par du foin de luzerne, des méteils protéiques et du tourteau de colza.

Le semis intervient à l’automne

Gaël sème deux variétés de trèfle violet (Duetto et Diadem) fin août-début septembre avec un semoir à céréales, sur terre affinée et rappuyée. « Contrairement à la luzerne, je n’ai jamais raté l’implantation d’un trèfle violet, il est plus agressif au démarrage. » Dix à douze tonnes par hectare de compost de bovins sont apportées au semis puis 200 kg/ha d’un engrais minéral type 0-20-30 en sortie hiver l'année suivante.

Lire aussi : Le trèfle violet, une légumineuse à reconsidérer

L’éleveur réalise trois coupes, une en mai, une début juillet et une en fin d’été. Le trèfle est fauché avec une faucheuse à plat sans conditionneur, en fin d’après-midi pour cumuler un maximum de protéines. Il est fané le lendemain matin, puis repris par un andaineur à tapis qui évite la perte de feuilles. Les précautions de récolte sont les mêmes que pour une luzerne. « On attend que le fourrage soit à 50 % de matière sèche pour l’enrubanner, soit environ 3 à 4 jours après la fauche. » Les rendements oscillent entre 5-6 tMS/ha les années sèches et 9 tMS les belles années. « Sur ces parcelles de plus faible potentiel, on récolte toujours 2 à 3 tMS en moins que la luzerne. »

Pour en savoir plus

Quelques références récentes sont issues du travail du GIEE Légumineuses Normandie, à partir de l'analyse de 14 trèfles violets conservés entre 2017-2021 :

 

  • En enrubannage : 15,7 à 21,2 points de MAT et 0,65 à 0,82 UFL/kgMS.
  • En ensilage : 15,4 à 19,8 points de MAT et 0,73 à 0,78 UFL/kgMS.

 

Le meilleur compromis en termes de ratio MAT/UFL a été obtenu avec l'itinéraire suivant pour l'enrubannage : fauche à plat et fanage aussitôt, andainage à J+3, enrubannage à J+3 ou J+4 combipack à 48-49 %MS. Pour l'ensilage : fauche à plat, andainage à J+2, ensilage à J+3 à 34 %MS.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière