Aller au contenu principal

« Plus d’ergonomie au quotidien, ça change la vie »

À l’EARL Savary, dans le Pas-de-Calais, Valérie a dû aménager son poste de travail avec l’aide d’un ergonome pour trouver des équipements qui la soulagent. Aujourd’hui, elle revit ! Son seul regret est de n'avoir pas songé à ces aménagements plus tôt.

Valérie Savary, éleveuse. « En agriculture, nous avons un métier physique. Notre corps, c’est notre premier outil de travail. Il faut apprendre à le ménager si on veut durer ! » © E. Bignon
Valérie Savary, éleveuse. « En agriculture, nous avons un métier physique. Notre corps, c’est notre premier outil de travail. Il faut apprendre à le ménager si on veut durer ! »
© E. Bignon

« Quand j’ai rejoint l’exploitation de Christophe il y a treize ans, rien ne me prédestinait à devenir éleveuse. Je ne connaissais rien au métier, j’étais dans le prêt-à-porter ! », raconte Valérie Savary avec enthousiasme. Dynamique et décidée, elle a tout appris sur le tas. Elle s’occupe hardiment de la traite, de l’élevage des veaux, de la gestion du personnel (1 salarié 15 h/semaine, 2 jeunes apprentis) et de l’administratif de la ferme qui compte 96 hectares de cultures et 90 vaches à 10 000 kg.

Pourtant, tout ça a bien failli s’arrêter pour l’éleveuse car elle souffre d’une fragilité ligamentaire au niveau des épaules qui aurait sérieusement remis en cause la poursuite de son activité si rien n’avait été fait. « J’étais vraiment gênée au quotidien avec les gestes répétitifs, le port de charges et les travaux nécessitant de la force, raconte-t-elle aujourd’hui, âgée de 55 ans. Lever les bras au-dessus de l’épaule devenait trop douloureux. C’est simple, je n’en pouvais plus de traire ! » Pourtant, les exploitants avaient investi dans une nouvelle salle de traite de plain-pied très fonctionnelle (2x8 épi 60°) quelques années plus tôt. Et ils s’étaient aussi donné des moyens humains de pouvoir effectuer systématiquement la traite en binôme, notamment avec l’embauche de deux apprentis.

Lire aussi notre dossier : Des équipements pour alléger le travail

En juillet 2019, la médecine du travail a délivré à l’éleveuse le statut de travailleur handicapé. Cela a été le déclic pour trouver des solutions concrètes avec Cap Emploi(1), une structure accompagnant les personnes handicapées dans l’accès et le maintien de l’emploi. « Un ergonome est venu pendant deux jours pour observer les postures et les gestes posant problème. Nous avons ensuite réfléchi ensemble à des moyens de compensation pour que je puisse continuer à travailler sans aggraver ma santé. » « Pour trouver des solutions, il faut vraiment s’impliquer dans la réflexion, souligne Christophe Savary. Les personnes qui nous accompagnent nous aident à réfléchir sur notre façon de travailler, mais les moyens à mettre en place et l’engagement financier dépendent bien de nous. Il faut se montrer proactif pour ne pas subir. »

Les solutions retenues, plus ou moins originales, passent par des équipements qui ont permis de réduire la pénibilité et d’améliorer le confort. Cela va de l’évier ambulant pour laver les seaux à la brouette à fumier basculante, en passant par un diable à bavette large pour le port des charges ou l’exosquelette pour la traite... L’ergonome a contacté différents fabricants, y compris des entreprises faisant du matériel sur-mesure.

En parallèle, les efforts des éleveurs ont aussi porté sur l’embauche de main-d’œuvre supplémentaire et le temps nécessaire pour former leurs nouvelles recrues. « C’est indispensable si on veut qu’elles puissent nous remplacer, insiste Valérie. Depuis plus d’un an, Sarah travaille chez nous, elle me remplace pour quatre traites hebdomadaire, soit l’équivalent de 15 heures par semaine. Cela fait un bien fou de ne plus traire tous les jours, physiquement et mentalement aussi ! »

Ménager sa santé reste un sujet tabou en élevage

Aujourd’hui, Valérie est ravie et se dit beaucoup moins fatiguée. « Parler de ses douleurs, avouer que l’on souffre du dos, des épaules, des bras et surtout être prêt à dépenser pour se soulager… cela reste encore tabou en élevage, en particulier pour les hommes », regrette-t-elle. « Pourtant, ce n’est pas une fatalité ! Des solutions parfois toute simples existent pour se faciliter le quotidien. On peut être un bon éleveur tout en améliorant ses conditions de travail et en ménageant sa santé ! Ce n’est pas incompatible!, conclut-elle. Mais encore faut-il dépasser les préjugés qui ont la vie dure dans le monde agricole. »

(1) Piloté par l’État, l’Agefiph, le PIPHFP et Pôle emploi.

Côté éco

Une quinzaine d’équipements ont été mis en place, dont une partie a pu être partiellement subventionnée (de 30 à 80 %). Le coût a été de 18 000 € (hors alimentateurs et balayeuse) dont près de la moitié financée par l’Agefiph en compensation du handicap.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière