Aller au contenu principal

Petite remontée des cotations poudre de lait écrémé et beurre

La cotation française Atla de la poudre de lait écrémé affichait + 40 €/t pour la semaine 17 (20 au 26 avril) et celle des nouveaux contrats de beurre vrac un + 60 €/t. Ce pourrait n'être qu'un sursis.

poudre de lait écrémé
© DR

La petite hausse de la cotation française de la poudre de lait écrémé et des nouveaux contrats de beurre vrac met un frein à la dégringolade des prix liée à l'épidémie de Coronavirus Covid-19.

Cette pause peut s'expliquer par les annonces de la Commission européenne, en faveur de l'aide au stockage privé et de la dérogation aux règles du droit de la concurrence permettant aux organisations de producteurs et aux interprofessions de prendre des décisions concertées pour contribuer à la stabilisation des marchés du lait.

La sécheresse touche la France et d'autres pays européens

Autre explication, "la croissance de la collecte est freinée en France", indique Loïc Molères, économiste à Atla. Elle était de +0,3% en semaine 16 par rapport à 2019. "Il y a de la sécheresse en France et ailleurs en Europe", ajoute t-il.

Jusqu'à la semaine 17, les achats importants de préparation du ramadan par l'Egypte et le Moyen-Orient ont joué sur la cotation de la poudre de lait écrémé. "Cet effet ne jouera bientôt plus. Il faudrait d'autres relais de croissance de la demande."

La reprise des chaînes de restauration commerciale en Drive va sans doute faire repartir des fabrications de fromages au détriment de fabrications de crème et de beurre. Les acheteurs anticipent peut-être ce changement. 

Enfin, les bons chiffres des importations chinoises de mars jouent peut-être. Mais la dynamique de la demande chinoise reste à confirmer.

Les Etats-Unis fabriquent beaucoup de beurre et de poudre de lait écrémé

"Cette petite hausse montre que les fondamentaux des marchés restent bons. Mais il faut rester prudent. Il n'est pas sûr que la hausse des cotations perdure. Ce n'est peut-être qu'un sursis", prévient Loïc Molères. La situation des Etats-Unis pourrait peser sur les marchés. "Ils fabriquent beaucoup moins de fromages, et beaucoup de beurre et de poudre de lait. Leur collecte de mars était encore dynamique à +2,2% par rapport à mars 2019. Ils sont très compétitifs sur les marchés internationaux car ils cassent les prix."

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

Grâce à la caméra time lapse utilisée sur 48h, on peut décrypter si les pratiques d’élevage et les conditions de logement permettent aux veaux d’exprimer leur comportement naturel.
Bien-être des veaux : quels sont les points à améliorer en élevage ?
Observer comment les veaux évoluent dans leur environnement sans les perturber, est riche d’enseignements. Clarisse Frémond,…
La hausse du prix du lait attendue pour 2021, de 13 à 15 €/1 000 l, sera sans doute insuffisante pour couvrir la hausse des charges.
La filière laitière réclame des hausses de tarif vitales
Pour couvrir la hausse des charges, le prix du lait n'augmente pas assez. Laiteries, syndicats, fabricants... appellent les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière