Aller au contenu principal

Pâturage : « Le topping permet de gérer les refus et l’épiaison dans une prairie »

Pour Jean-Luc Gayet, conseiller prairies à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, le topping est une solution efficace pour gérer les refus et dynamiser les repousses d’herbe. Mais, elle ne doit pas être systématique.

Qu’est-ce que le topping ?

Jean-Luc Gayet - « Le topping est une technique qui vient de Nouvelle-Zélande. Elle consiste à faucher l’herbe avant l’entrée des animaux dans un paddock. Certains fauchent le matin pour qu’elle soit consommée l’après-midi, ou la veille. Selon la composition prairiale, il peut être intéressant de laisser sécher l’herbe 12 à 24 heures avant de la proposer aux animaux. La durée de séchage dépend de la quantité d’herbe à faucher et de la facilité de séchage. Le préfanage améliore en effet la consommation de l’herbe par les vaches. L’idéal est de faucher à 8 cm de hauteur pour ne pas pénaliser la dynamique de repousse de l’herbe. Une faucheuse à plat suffit. »

Pourquoi faire du topping ?

JL.G. - « Au printemps, quand la pousse de l’herbe est très importante, vous pouvez vite être dépassés. La gestion de l’épiaison et des refus est alors très difficile. À Derval, nous l’avons expérimenté avec succès en 2020 sur une jeune prairie à base de ray-grass anglais, fétuque élevée, trèfle blanc et violet, et de plantain lancéolé. Nous avions eu un mois de mai compliqué à gérer. Lors du deuxième cycle de pâturage, nous avons été débordés par la pousse d’herbe. Elle a atteint en moyenne 80 kg par jour pendant deux semaines. L’herbe mesurait 17 cm (herbomètre). Elle était trop développée. Elle devenait de moins en moins appétente notamment parce qu’il y avait beaucoup de pâturins communs. Quand il commence à épier, son appétence baisse. Nous avons mis les vaches dans cette parcelle 24 heures après l’avoir fauchée. Les animaux ont tout consommé.

Quels sont les intérêts de cette pratique ?

La fauche permet de gérer les refus, l’épiaison des graminées mais aussi de maîtriser des adventices comme le rumex ou le chardon. Le topping peut aussi être intéressant lorsque l’herbe pousse au ralenti. Certaines parcelles prévues pour la fauche peuvent être réintégrées dans le circuit de pâturage. Mais, dans ce cas, il faut couper l’herbe pour qu’il n’y ait pas de gaspillage. En effet, si la parcelle a été débrayée et sortie de circuit de pâturage depuis mars, en mai, elle sera en épiaison avec une hauteur supérieure à 20 cm. Elle est alors impossible à faire pâturer sans gaspillage.

Un autre intérêt du topping est que si la hauteur de fauche est maîtrisée (7-8 cm), la dynamique de repousse de l’herbe sera meilleure et permettra un nouveau cycle de pâturage 20 jours après. »

Préconisez-vous son emploi systématique ?

JL.G. - « Surtout pas. Il ne faut pas systématiser cette pratique car à partir du moment où vous rentrez avec un tracteur et une faucheuse dans un champ vous générez des charges de mécanisation. Selon le type de matériel, en propriété ou Cuma, cela coûte entre 35 et 42 €/heure. Si vous le faites systématiquement, c’est qu’il y a un problème au niveau de l’organisation du circuit de pâturage. Vous devez vous demander pourquoi vous êtes toujours débordé afin de rectifier le tir. Cela peut être dû à un problème de dimensionnement des paddocks. Certains éleveurs considèrent que si vous avez recours au topping, c’est que vous être un mauvais pâturant. C’est exagéré. »

 

À retenir

Avantages

+ Améliore la qualité des repousses

+ Gestion des refus

+ Maîtrise des adventices

+ Pas de tri pas les animaux

+ Évite le surpâturage de certaines zones

Inconvénients

- Coût

- Temps de travail

Le saviez-vous ?

Le topping est préférable au broyage après passage des animaux pour gérer les refus. Parce que quand vous gyrobroyez, vous mélangez de l’herbe avec de la bouse et vous abîmez les feuilles, tiges et gaines des plantes. Quand les vaches reviennent sur le paddock, elles vont trier. Elles ne pâturent que l’herbe où il n’y a pas eu de bouses ou de pissats. Certaines zones sont alors surpâturées.

Les prairies avec de la chicorée sont de bonnes candidates

En France, la technique a commencé à être utilisée par des éleveurs pour gérer des espèces comme la chicorée qui peuvent poser problème dans les circuits de pâturage. « Les prairies associant du ray-grass anglais, trèfle blanc et de la chicorée paraissaient être le mariage idéal. Sauf que nous nous sommes aperçus rapidement que la chicorée dégradait souvent la qualité de la pâture. Dès qu’elle commençait à monter, les animaux ne la consommaient plus. Ils surpâturaient le ray-grass anglais et le trèfle blanc. A Derval, nous avons résolu le problème grâce au topping », expose Jean-Luc Gayet.

Les plus lus

Danone recherche 100 millions de litres de lait

Déprise laitière et besoins croissants de l’entreprise sont les deux raisons pour lesquelles Danone cherche de…

Ramassage de vaches laitières de réforme avant le transport vers l'abattoir
Quel est le prix d'une vache laitière de réforme ?

L'année 2023, le prix de la vache laitière de réforme aura été marquée par le retour de la saisonnalité, après…

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Sunlait signe avec un deuxième acheteur de lait : Maîtres laitiers du Cotentin

L’association d’organisations de producteurs de lait Sunlait, qui n’avait de contrat cadre qu’avec Savencia, vient de signer…

Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière