Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Création de l’Association des fruitières de l’Albanais

En Savoie et Haute-Savoie, quatre coopératives - les coopératives du Val de Fier, des Rives du Fier, des Trois massifs et de Sales - se sont associées en juillet 2013. Elles collectent au total 45 millions de litres auprès de 220 producteurs.
« Cette association est une étape transitoire vers une fusion d’ici deux ans », précise Sébastien Grange, son président. La décision de travailler sur un projet de fusion remonte à janvier 2011. « Elle avait été prise dans un contexte d’excédents de lait, dans l’idée de consolider les ateliers de transformation AOP et IGP de trois coopératives et de se spécialiser sur des produits de diversification (fromages non AOP-IGP) sur le site de la coopérative de Sales. »
Trois millions d’euros ont déjà été investis par les producteurs dans la rénovation du site de Sales pour fabriquer une pâte pressée cuite (Cœur de Savoie). Des travaux se chiffrant à un million d’euros ont également démarré sur l’atelier IGP Tomme de Savoie de la coopérative des Rives du Fier. Sont encore dans les cartons un projet de rénovation de l’atelier Emmental de Savoie de la coopérative du Val de Fier (1 million d’euros) ainsi qu’un projet de nouveau fromage sur le site de la coopérative de Sales.

Un site dédié aux produits de diversification pour écouler les surplus

« La réflexion est bien engagée mais les deux mauvaises années climatiques et le retournement de conjoncture compliquent la réflexion », souligne Sébastien Grange. Tous ces investissements sont financés sur des retenues sur la paye de lait et sur des fonds dédiés au dégagement du lait en excédent.
L’Association des fruitières de l’Albanais a aussi pour mission d’harmoniser les propositions de contrat annuel de vente de lait qui sont faites aux conseils d’administration des quatre coopératives ; celles-ci restent décisionnaires.
« Nos coopératives sont dans un système de gestion indirecte, rappelle-t-il. Elles sont propriétaires des ateliers de transformation et ont un contrat de location-gérance avec Chabert, le fromager à qui elles vendent le lait(1) ; celui-ci assure la transformation du lait et la commercialisation des fromages. »

 

 

(1) Prix de base moyen 2013 avant effet qualité 395 €/1000 l.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Négociations commerciales : premiers retours plutôt positifs de Coop de France Métiers du Lait
A quelques semaines de la fin des négociations commerciales sur les marques, les coopératives laitières constatent une meilleure…
Vignette
Les livreurs Lactalis de l'Ouest peuvent obtenir des volumes

Le transfert de volume contractuel est à nouveau possible, jusqu'au 1er

Vignette
Seconde vague de départs chez DMK
La coopérative allemande DMK fait face en faisant tourner ses unités à façon pour Arla et FrieslandCampina.
Vignette
Rompre l’isolement avec Solidarité Paysans
3 000 familles en difficulté sont accompagnées chaque année par les 80 salariés et 1 000 bénévoles de l’association.
Vignette
Lactalis et l'OP Lait bio Seine et Loire s'accordent sur un prix à 473 €

Le prix du lait de base bio moyen sera de 473 €/1000 l pour l'année 2019, soit une hausse de 5 euros par rapport à 2018. Cet…

Vignette
L'effet des EGA sur le prix du lait peut-il être durable ? 
La question est posée à Stefan Nether, de ODA Groupe
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière