Aller au contenu principal
Font Size

Création de l’Association des fruitières de l’Albanais

Tomme de Savoie.
Tomme de Savoie.
© Coopérative des Rives du Fier

En Savoie et Haute-Savoie, quatre coopératives - les coopératives du Val de Fier, des Rives du Fier, des Trois massifs et de Sales - se sont associées en juillet 2013. Elles collectent au total 45 millions de litres auprès de 220 producteurs.
« Cette association est une étape transitoire vers une fusion d’ici deux ans », précise Sébastien Grange, son président. La décision de travailler sur un projet de fusion remonte à janvier 2011. « Elle avait été prise dans un contexte d’excédents de lait, dans l’idée de consolider les ateliers de transformation AOP et IGP de trois coopératives et de se spécialiser sur des produits de diversification (fromages non AOP-IGP) sur le site de la coopérative de Sales. »
Trois millions d’euros ont déjà été investis par les producteurs dans la rénovation du site de Sales pour fabriquer une pâte pressée cuite (Cœur de Savoie). Des travaux se chiffrant à un million d’euros ont également démarré sur l’atelier IGP Tomme de Savoie de la coopérative des Rives du Fier. Sont encore dans les cartons un projet de rénovation de l’atelier Emmental de Savoie de la coopérative du Val de Fier (1 million d’euros) ainsi qu’un projet de nouveau fromage sur le site de la coopérative de Sales.


Un site dédié aux produits de diversification pour écouler les surplus


« La réflexion est bien engagée mais les deux mauvaises années climatiques et le retournement de conjoncture compliquent la réflexion », souligne Sébastien Grange. Tous ces investissements sont financés sur des retenues sur la paye de lait et sur des fonds dédiés au dégagement du lait en excédent.
L’Association des fruitières de l’Albanais a aussi pour mission d’harmoniser les propositions de contrat annuel de vente de lait qui sont faites aux conseils d’administration des quatre coopératives ; celles-ci restent décisionnaires.
« Nos coopératives sont dans un système de gestion indirecte, rappelle-t-il. Elles sont propriétaires des ateliers de transformation et ont un contrat de location-gérance avec Chabert, le fromager à qui elles vendent le lait(1) ; celui-ci assure la transformation du lait et la commercialisation des fromages. »

 

 


(1) Prix de base moyen 2013 avant effet qualité 395 €/1000 l.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière