Aller au contenu principal

Création de l’Association des fruitières de l’Albanais

Tomme de Savoie.
Tomme de Savoie.
© Coopérative des Rives du Fier

En Savoie et Haute-Savoie, quatre coopératives - les coopératives du Val de Fier, des Rives du Fier, des Trois massifs et de Sales - se sont associées en juillet 2013. Elles collectent au total 45 millions de litres auprès de 220 producteurs.
« Cette association est une étape transitoire vers une fusion d’ici deux ans », précise Sébastien Grange, son président. La décision de travailler sur un projet de fusion remonte à janvier 2011. « Elle avait été prise dans un contexte d’excédents de lait, dans l’idée de consolider les ateliers de transformation AOP et IGP de trois coopératives et de se spécialiser sur des produits de diversification (fromages non AOP-IGP) sur le site de la coopérative de Sales. »
Trois millions d’euros ont déjà été investis par les producteurs dans la rénovation du site de Sales pour fabriquer une pâte pressée cuite (Cœur de Savoie). Des travaux se chiffrant à un million d’euros ont également démarré sur l’atelier IGP Tomme de Savoie de la coopérative des Rives du Fier. Sont encore dans les cartons un projet de rénovation de l’atelier Emmental de Savoie de la coopérative du Val de Fier (1 million d’euros) ainsi qu’un projet de nouveau fromage sur le site de la coopérative de Sales.


Un site dédié aux produits de diversification pour écouler les surplus


« La réflexion est bien engagée mais les deux mauvaises années climatiques et le retournement de conjoncture compliquent la réflexion », souligne Sébastien Grange. Tous ces investissements sont financés sur des retenues sur la paye de lait et sur des fonds dédiés au dégagement du lait en excédent.
L’Association des fruitières de l’Albanais a aussi pour mission d’harmoniser les propositions de contrat annuel de vente de lait qui sont faites aux conseils d’administration des quatre coopératives ; celles-ci restent décisionnaires.
« Nos coopératives sont dans un système de gestion indirecte, rappelle-t-il. Elles sont propriétaires des ateliers de transformation et ont un contrat de location-gérance avec Chabert, le fromager à qui elles vendent le lait(1) ; celui-ci assure la transformation du lait et la commercialisation des fromages. »

 

 


(1) Prix de base moyen 2013 avant effet qualité 395 €/1000 l.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière