Aller au contenu principal

Ne compactez pas vos prairies !

Parcelles peu productives, difficultés de démarrage en sortie d’hiver, couverture hétérogène du sol… Et si la cause était le compactage ? Contrairement au tassement de surface, le tassement profond, au-delà de 25 cm, ne se voit pas.

Lors de l'épandage, avec 20 m3 et deux essieux, on atteint 6,5 à 7 tonnes par roue. Il est compliqué de ne pas tasser.
Lors de l'épandage, avec 20 m3 et deux essieux, on atteint 6,5 à 7 tonnes par roue. Il est compliqué de ne pas tasser.
© C. Savary

Avec des passages d’outils de plus en plus nombreux, et avec des matériels de plus en plus larges et plus gros, le risque de tassement des prairies est bien réel. Certaines prairies subissent sur une année plus d’une vingtaine d’interventions ! Or, qui dit tassement, dit perte de porosité et mauvais fonctionnement du sol.

Tassement de surface : même avec des matériels légers

Il y a le tassement que l’on voit, en surface. « Ce tassement de surface est généralement créé par la multiplication des passages de roues et accentué lors des interventions avec des conditions humides même avec des matériels assez légers, souligne Christian Savary, conseiller machinisme de la chambre régionale d’agriculture de Normandie. Il est accentué par les crampons (la pression est deux à trois fois plus élevée), le patinage, le ripage… »

 

 
Le tassement nuit à l'enracinement, l'infiltration et le stockage de l'eau mais aussi à la vie biologique du sol.
Le tassement nuit à l'enracinement, l'infiltration et le stockage de l'eau mais aussi à la vie biologique du sol. © C. Savary

 

Il est possible d’atténuer la pression moyenne au sol en montant des pneus larges, de grands volumes aux flancs souples et capables de supporter les charges à basse pression. Mais cela représente un véritable investissement : « Par rapport à un pneu standard, le prix peut être multiplié par 2,5. » Autre limite, les matériels roulent souvent alternativement sur la route et sur les parcelles avec des recommandations de gonflage différentes. « On recommande une faible pression au champ pour augmenter la surface de portance, limiter le patinage et améliorer la traction. Alors que sur route, une pression plus élevée permet de limiter l’usure, les pertes par « roulement » et une dégradation prématurée. » Pour éviter ou tout au moins limiter le tassement superficiel, mieux vaut donc être vigilant sur les conditions d’intervention sur les premières coupes : « Il faut savoir attendre  et éventuellement décaler la récolte de quelques jours », conseille Christian Savary.

Tassement en profondeur : gare aux sols humides

Le tassement en profondeur, à plus de 25 cm, est plus sournois car on ne le voit pas. Il est provoqué par les matériels lourds, quand le sol est humide en profondeur (80 % de la capacité au champ), même avec des pneus fortement dimensionnés. « Les « gros » pneus améliorent la portance avec une grande surface d’empreinte et limitent le tassement de surface mais ils n’empêchent pas la compaction en profondeur », insiste le conseiller. La course au débit avec des engins de plus en plus lourds va à l’encontre de l’agronomie. « Selon différents travaux sur la compaction des sols, il ne faudrait pas dépasser cinq à six tonnes par roue sur les matériels de transport pour ne pas dégrader un sol limoneux au-delà de vingt-cinq centimètres. »

Les conditions d’intervention sont essentielles. « Un sol sec supporte une pression de 2 à 2,8 kg/cm2, mais un sol humide supporte seulement une pression de 0,9 à 1,1 kg/cm2, précise Christian savary. Force est de reconnaître « qu’on n’est pas toujours raisonnable dans le chargement ». Si on prend le cas d’un plateau avec une charge de 17 tonnes, la charge est de 4,25 tonnes par roue. Avec des pneus routiers gonflés à 4 bars, la pression au sol est de 3,6 kg/cm2. Résultat : « Si le sol est humide, on tasse à plus de quarante centimètres de profondeur ! » 

L’augmentation de la largeur de la largeur de travail (rampe d’épandage, gros andains…) permet de limiter la part de surface impactée par les roues. « Mais à condition que les matériels lourds circulent toujours au même endroit. Dans ce cas, on accepte le risque d’un tassement en profondeur localisé sur une petite partie de la surface. »

Effet de la charge et de la taille du pneu sur le tassement du sol

 

 
Ne compactez pas vos prairies !

 

1 - L’empreinte moyenne d’un pneu pour une charge de 5 t se traduit par une pression moyenne de 1,07 bar.

2 - Avec la même charge et une roue plus large, le sol est très peu tassé.

3 - En doublant la charge à 10 t et la taille de l’empreinte du pneu, la zone tassée augmente et se propage davantage en profondeur : 125 à 150 kPa jusqu’à 30-35 cm.

Source : Agrotransfert - simulations avec Terranimo

Matériels utilisés sur prairies et risques de tassement

 

 
Ne compactez pas vos prairies !

 

- Les interventions pour les apports de lisier ou fumier, la récolte avec des combinés de fauche (8/10 m) et des ensileuses automotrices sont les plus risqués pour le tassement profond.

- L’affouragement en vert est réalisé avec un matériel pas très lourd, mais 40 à 70 % de la surface passe sous les roues.

Source : chambre régionale d’agriculture de Normandie

Le saviez-vous ?

Il existe trois types de porosité :

- la porosité « d’assemblage » due aux interstices entre les agrégats, issue principalement du travail du sol ; c’est la plus sensible à la compaction. Cela se vérifie sur les nouvelles prairies ;

- la porosité « fissurale » liée à l’alternance humidité/sécheresse du sol ;

- la porosité tubulaire liée à la vie du sol (galerie de vers de terre, passage des racines) ; c’est celle qui supporte le mieux la pression.

À retenir

 

 
Les prairies anciennes résistent mieux au tassement : le marquage est plus prononcé sur la partie récemment semée.
Les prairies anciennes résistent mieux au tassement : le marquage est plus prononcé sur la partie récemment semée. © C. Savary

 

Les prairies naturelles résistent mieux au tassement que les prairies temporaires ; ceci grâce à leur système racinaire ancien, un bon taux de matière organique et une densité de vers de terre élevée. Sur les nouvelles prairies, pour préserver leur potentiel de rendement les années suivantes, il faut être très vigilant sur les conditions d’intervention lors des premières coupes.

Décompactage possible avec un fissurateur

 

 
Ne compactez pas vos prairies !
© Actisol

 

Restructurer une prairie reste une opération délicate. Il est impératif d’attendre que le sol soit bien ressuyé (pour éviter un lissage et une faible décompaction). L’intervention doit être réalisée avec un matériel fissurateur capable de travailler par soulèvement avec des dents fines : il s’agit de fissurer le sol sans troubler le chevelu racinaire. Il faut ensuite laisser le temps à la prairie de se réinstaller avant toute intervention. Pour une meilleure reprise, il est conseillé de privilégier un passage au printemps après une fauche ou un pâturage, et/ou d’accompagner la structuration avec un semis de méteil. Mais décompacter trop souvent une parcelle signifie un problème dans la gestion de la prairie.

Les plus lus

Danone recherche 100 millions de litres de lait

Déprise laitière et besoins croissants de l’entreprise sont les deux raisons pour lesquelles Danone cherche de…

Ramassage de vaches laitières de réforme avant le transport vers l'abattoir
Quel est le prix d'une vache laitière de réforme ?

L'année 2023, le prix de la vache laitière de réforme aura été marquée par le retour de la saisonnalité, après…

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Sunlait signe avec un deuxième acheteur de lait : Maîtres laitiers du Cotentin

L’association d’organisations de producteurs de lait Sunlait, qui n’avait de contrat cadre qu’avec Savencia, vient de signer…

Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière