Aller au contenu principal
Font Size

Mobilisation collective dans l’Ouest autour du bien-être animal

L’association Lit Ouesterel proposera d’ici la fin de l’année un référentiel pour l’élevage, le transport et l’abattage.

Plus d'une quarantaine d'acteurs, dont des ONG, se sont mis autour de la table pour aboutir à des solutions acceptées de tous. © DR
Plus d'une quarantaine d'acteurs, dont des ONG, se sont mis autour de la table pour aboutir à des solutions acceptées de tous.
© DR

Construire ensemble et diffuser des pratiques et des innovations pour accroître le bien-être animal dans les élevages, chez les transporteurs et les abattoirs.Tel est l’objectif de l’association Lit Ouesterel(1) portée par l’Inra, Terrena et Triskalia. Plus d’une quarantaine d’acteurs des filières agricoles et agroalimentaires (recherche, enseignement, instituts techniques, chambres d’agriculture, IAA, distributeurs, associations du bien-être animal…) adhèrent à l’association qui vient d’être créée. Il a fallu deux ans pour que ce projet lancé en 2007 pour réconcilier élevage et société se concrétise. Trouver un consensus et aligner une vision commune de l’élevage quand on est éleveur, citoyen, chercheur, technicien, industriel ou distributeur… n’est pas chose facile.

Progresser et guider le choix des innovations

La première étape est un référentiel partagé " Bien-être et santé des animaux d'élevage " en vache laitière, porc, et volaille de chair. « Ce référentiel sera opérationnel en fin d’année. Il se présente comme un escalier à cinq marches : plus on monte, plus on est exigeant. Il permettra d’informer le consommateur sur les efforts faits en matière de bien-être animal par les éleveurs, transporteurs et abatteurs »,  a expliqué Hervé Guyomard, directeur de recherche à l’Inra Bretagne-Normandie et président de l’association. D’où l’importance aussi d’avoir des partenaires distributeurs, pour le moment U et Carrefour qui a rejoint le projet il y a un an, pour valoriser cette information. « Nous nous engageons à partager les efforts réalisés au consommateur. À lui in fine de choisir », souligne Séverine Fontaine, responsable qualité Carrefour filières animales. Pour Georges Galardon, président de Triskalia, « ce référentiel de la fourche à la fourchette donnera une feuille de route pour l’avenir. C’est une forme de partenariat avec les consommateurs qui permet d’éviter d’orienter les éleveurs vers des investissements qui seraient demain remis en cause, d’investir plus sereinement ». Trois territoires pilotes représentatifs de la diversité de l’Ouest ont été retenus pour étudier en conditions réelles les innovations proposées et leur diffusion.

(1) Laboratoire d’innovation territorial « Ouest territoires d’élevage ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière